Google chercherait à lancer Google Play en Chine l'an prochain

vendredi 20 novembre 2015 15h32
 

PEKIN/HONG KONG (Reuters) - Google souhaite lancer la version chinoise de Google Play, le magasin d'applications du groupe, l'an prochain, apprend-on de sources proches du dossier, ce qui serait sa première incursion majeure sur le marché chinois dans ce domaine depuis son retrait en 2010.

Le magasin d'applications serait créé spécifiquement pour la Chine et ne serait pas connecté aux versions internationales de Google Play, a-t-on précisé.

Google a l'intention de s'adapter à la législation chinoise sur le filtrage des contenus pouvant être jugés sensibles par Pékin et à l'obligation pour la société de stocker les données de son magasin d'applications dans le pays.

Un porte-parole de Google à Singapour a refusé de s'exprimer sur le sujet.

Le groupe américain a retiré une grande partie de ses services du marché chinois il y a cinq ans après avoir refusé de continuer à censurer les résultats de son moteur de recherche. Il a conservé une présence limitée sur le premier marché mondial des smartphones, mais la plupart de ses services, y compris Google Play, ont été rendus quasiment inaccessibles.

Le groupe américain utiliserait son magasin d'applications comme rampe de lancement pour d'autres produits et services dans le pays, ont dit deux sources au fait de la stratégie de Google.

Le directeur général, Sundar Pichai, et d'autres dirigeants du groupe n'ont pas caché la volonté de Google de revenir en Chine. Mais certains observateurs estiment que la société a abandonné quasiment tout le terrain qu'elle occupait dans la plupart de ses services, notamment dans la recherche de données et la vidéo en continu, au profit de sociétés chinoises.

(Paul Carsten et Yimou Lee, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

 
Google souhaiterait lancer la version chinoise de Google Play, le magasin d'applications du groupe, l'an prochain, ce qui serait sa première incursion majeure sur le marché chinois dans ce domaine depuis son retrait en 2010. /Photo d'archives/REUTERS/Jason Lee