Pékin renforce son contrôle sur les services de musique en ligne

lundi 9 novembre 2015 17h05
 

PEKIN (Reuters) - La Chine va resserrer son contrôle sur la musique en ligne, en surveillant davantage le contenu et en renforçant la censure déjà en vigueur sur internet.

A partir du 1er janvier, les entreprises proposant des services de musique numérique devront surveiller leurs contenus avant diffusion, a indiqué le ministère de la Culture sur son site internet.

Les trois géants de l'internet en Chine, Alibaba Group Holding, Tencent Holdings et Baidu Inc, disposent déjà de plates-formes de musique en "streaming" (flux en continu).

La décision du gouvernement chinois est la dernière en date d'une série de mesures prises depuis des années visant à "nettoyer" à la fois internet et le domaine culturel d'éléments susceptibles de constituer aux yeux du Parti communiste (PCC) une menace pour la stabilité du pays.

Les outils de censure d'internet en Chine sont considérés par les experts comme parmi les plus perfectionnés au monde.

Baidu s'est refusé à tout commentaire, tandis qu'Alibaba et Tencent n'étaient pas disponibles dans l'immédiat.

Le système de contrôle mis en place dans la musique ressemble à celui actuellement en vigueur dans les entreprises du secteur internet, qui emploient d'importantes équipes chargées de parcourir les sites web et les applications pour supprimer tout élément sensible.

Selon des universitaires et des experts, le système de contrôle mis en place par Pékin encourage les entreprises et les individus à faire preuve d'une extrême prudence et à se censurer davantage que nécessaire, afin d'éviter toute sanction.

Malgré la répression, les professionnels de l'industrie de la musique estiment que la Chine devient un marché de plus en plus important, le streaming gagnant du terrain et une classe moyenne en pleine expansion étant prête à payer pour des services de haute qualité.

(Paul Carsten; Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

 
La Chine va resserrer son contrôle sur la musique en ligne, en surveillant davantage le contenu et en renforçant la censure déjà en vigueur sur internet. A partir du 1er janvier, les entreprises proposant des services de musique numérique devront surveiller leurs contenus avant diffusion. /Photo d'archives/REUTERS/Carlos Barria