Atos renforce ses liens avec l'allemand Siemens

mardi 3 novembre 2015 19h25
 

PARIS (Reuters) - Atos a annoncé mardi que Siemens, son premier actionnaire, s'était engagé à conserver ses titres pour cinq ans et lui avait vendu son activité de plates-formes de communication et de collaboration Unify pour 340 millions d'euros.

La société de services d'informatique et d'ingénierie précise dans un communiqué que le groupe allemand a prolongé de trois ans son contrat informatique auprès d'Atos jusqu'en 2021.

Le volume d'affaires pour Atos passe ainsi à 8,73 milliards d'euros fin 2021, soit 3,23 milliards de plus que prévu en 2011, au début de leur partenariat.

Le périmètre des activités couvertes par ce contrat est étendu notamment à la cybersécurité, au "big data" (métadonnées) et à l'analyse de données, a précisé à des journalistes le directeur financier d'Atos Elie Girard.

La consolidation de la présence de Siemens dans Atos, dont il détient 12% du capital, fait suite à l'entrée à son capital de ses partenaires américains EMC et VMware à la suite du désengagement total du fonds PAI Partners.

Le français et l'allemand ont en outre renforcé leur fonds commun d'investissement et d'innovation, porté de 100 millions à 150 millions, afin de développer leur plate-forme conjointe d'analyses de données, précise Atos.

Destinée à unifier les offres de services numériques d'Atos, l'acquisition de 100% d'Unify à ses deux coactionnaires, Siemens et le fonds américain The Gores Group, devrait être finalisée au premier trimestre 2016.

Employant 5.600 salariés dans plus de 60 pays, Unify, qui réalise 1,2 milliard d'euros de chiffre d'affaires annuel, a développé "Circuit", un système combinant tous les supports mobiles grâce notamment à des moteurs de recherches sophistiqués.

La SSII française intégrera les activités de services intégrés d'Unify, mais recherchera un "partenaire" pour ses activités de logiciels et de plates-formes, a précisé Elie Girard.   Suite...

 
Atos a annoncé mardi que Siemens, son premier actionnaire, s'était engagé à conserver ses titres pour cinq ans et lui avait vendu son activité de plates-formes de communication et de collaboration Unify pour 340 millions d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Hannibal