Accord conditionnel chinois au rachat d'Alcatel par Nokia

lundi 19 octobre 2015 14h18
 

PEKIN/HELSINKI (Reuters) - Le ministère chinois du Commerce a accepté lundi sous certaines conditions le projet de Nokia de racheter son concurrent français Alcatel-Lucent.

L'équipementier télécoms finlandais s'est engagé à remplir d'ici au 10 décembre les conditions fixées par l'autorité chinoise de la concurrence, qui concernent principalement les normes utilisées pour les télécommunications sans fil et les licences sur les brevets.

"Nous nous réjouissons de confirmer notre réel engagement en Chine et de jouer un rôle majeur dans la transition du pays vers une économie portée par l'innovation", a déclaré dans un communiqué le directeur général de Nokia, Rajeev Suri.

Dans le cadre de ses discussions avec Pékin, Nokia a accepté en août de créer une coentreprise avec la société d'investissement à capitaux publics China Huaxin, baptisée Nokia Shanghai Bell.

L'autorisation accordée par Pékin était la dernière encore attendue à l'étranger pour boucler l'opération, mais Nokia doit encore obtenir un feu vert formel du ministère français de l'Economie, après quoi ses actionnaires seront appelés à se prononcer sur l'offre de 15,6 milliards d'euros.

L'équipementier télécoms finlandais compte toujours boucler l'opération au premier semestre 2016.

(Paul Carsten et Michael Martina à Pékin, Jussi Rosendahl à Helsinki, Véronique Tison et Myriam Rivet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

 
Nokia a annoncé lundi avoir reçu le feu vert du ministère chinois du Commerce à son projet d'acquisition d'Alcatel-Lucent. /Photo prise le 28 juillet 2015/REUTERS/Mikko Stig/Lethikuva