Numericable-SFR va distribuer 2,5 milliards à ses actionnaires

mercredi 14 octobre 2015 21h16
 

PARIS (Reuters) - Numericable-SFR prévoit de verser à ses actionnaires 5,70 euros par action, soit un montant total d'environ 2,5 milliards d'euros, une distribution de liquidités financée par un emprunt et par la trésorerie disponible.

La filiale du groupe Altice indique, dans un communiqué publié mercredi, que cette distribution sera soumise au vote des actionnaires lors d'une assemblée générale prévue au plus tard le 15 décembre.

"Cette distribution sera financée par un emprunt d'un montant minimum de 1,6 milliard d'euros et pour le solde par les liquidités disponibles", précise Numericable-SFR.

"A l'issue de cette distribution, l'endettement net de Numericable-SFR restera inférieur à quatre fois l'Ebitda."

L'annonce de ce versement aux actionnaires survient alors que le marché s'est inquiété le mois dernier de l'état d'endettement jugé considérable de Numericable-SFR et de sa holding de contrôle, Altice.

Le groupe du milliardaire franco-israélien Patrick Drahi a annoncé début octobre le lancement d'une augmentation de capital d'un montant d'environ 1,8 milliard d'euros, afin notamment de financer le rachat de l'américain Cablevision.

Numericable-SFR assure que cette distribution d'environ 2,5 milliards d'euros n'affectera pas sa situation financière, que sa rentabilité "ne cesse de s'améliorer depuis fin 2014" et qu'il respectera ses engagements en matière d'investissements pour le déploiement de la 4G et de la 4G+.

"La stratégie développée a permis à Numericable-SFR de se repositionner, de se redresser et de générer ainsi plus rapidement les bénéfices attendus", explique encore le groupe.

(Matthieu Protard, édité par Marc Angrand)

 
Patrick Drah, patron d'Altice. Numericable-SFR, filiale de la holding, prévoit de verser à ses actionnaires 5,70 euros par action et que ce versement sera financé par un emprunt et sur ses liquidités disponibles. Cette distribution représente un montant global d'environ 2,5 milliards d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer