Archos veut lancer un réseau à bas coût pour objets connectés

mardi 6 octobre 2015 18h37
 

par Joseph Sotinel

PARIS (Reuters) - Archos veut développer son propre réseau pour objets connectés et mise sur une technologie peu coûteuse à déployer à l'international pour concurrencer sur ce terrain la start-up Sigfox et les opérateurs Orange et Bouygues Telecom, a annoncé mardi le spécialiste français des tablettes et smartphones.

Parmi les objets connectés, un terme qui recouvre aussi bien les Apple Watch que les compteurs électriques à puce, certains ont besoin de leur propre réseau. Archos compte profiter de la croissance de ce marché en tant que constructeur et comme opérateur.

Son réseau, nommé PicoWAN, utilisera la technologie LoRa (Long Range), comme Orange et Bouygues Telecom. Mais là où les opérateurs utilisent des antennes, tout comme Sigfox, PicoWAN passera par des prises connectées, des "pico-passerelles" qui peuvent se brancher n'importe où.

"Elles ne couvrent pas la même distance, mais elles sont bien moins chères à produire que des antennes", se félicite le directeur général d'Archos Loïc Poirier, interrogé par Reuters.

Selon lui, pour couvrir une superficie équivalente, la technologie d'Archos coûtera vingt fois moins cher que celle de ses concurrents.

Archos compte proposer des prix plus bas que la concurrence. Dans un premier temps, il distribuera gratuitement ses passerelles à ses partenaires à travers l'Europe. Objectif: présenter le réseau en mars 2016, pour commencer à le déployer en juin et couvrir les grandes villes d'Europe à la fin de l'année prochaine.

Reste qu'Archos devra convaincre les fabricants de permettre à leurs objets de se connecter à son réseau. Pour les y inciter, le groupe utilisera un logiciel en accès libre.

Archos n'a pas annoncé de clients pour son réseau et préfère se concentrer sur son déploiement dans l'immédiat, précise son directeur général.   Suite...

 
Archos veut développer son propre réseau pour objets connectés, qui vont des Apple Watch aux compteurs électriques à puce et mise sur une technologie peu coûteuse à déployer à l'international pour concurrencer sur ce terrain la start-up Sigfox et les opérateurs Orange et Bouygues Telecom. /Photo d'archives/REUTERS/Carlos Barria