Vodafone annonce la fin des discussions avec Liberty

lundi 28 septembre 2015 09h59
 

LONDRES (Reuters) - Répétition pour coquille dans le nom de John Malone.

Vodafone, numéro deux mondial de la téléphonie mobile, a annoncé lundi la fin des discussions, portant sur un échange d'actifs, avec le groupe américain Liberty Global, numéro un du câble en Europe.

A la suite de cette annonce, le titre Vodafone reculait vers 07h30 GMT de 3,2% à 210,9 pence, accusant l'une des plus fortes baisses de l'indice Stoxx 600.

Le groupe britannique, qui s'est engagé depuis quelques années dans une stratégie de diversification pour tenter de rattraper son retard sur des concurrents également présents dans le fixe, avait annoncé l'ouverture de ces discussions début juin.

John Malone, président de Liberty, avait dit plus tôt dans le mois que les deux groupes éprouvaient des difficultés à aller de l'avant avec leur projet d'échange d'actifs.

Ces derniers n'ont jamais précisé sur quels actifs portaient leurs pourparlers mais des banquiers et analystes avaient dit en juin que Vodafone était surtout intéressé par Virgin Media, filiale britannique de Liberty, tandis que ce dernier regardait du côté des actifs de groupe britannique dans le câble en Allemagne.

Liberty, qui détient Unitymedia, deuxième câblo-opérateur allemand, a longtemps convoité le numéro un Kabel Deutschland, racheté par Vodafone en 2013.

Une source proche du dossier a dit que les discussions entre Vodafone et Liberty avaient achoppé, d'un côté comme de l'autre, sur la valeur ses actifs, tout en disant que la porte restait ouverte pour une éventuelle reprise des pourparlers.

(Paul Sandle, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

 
Vodafone, numéro deux mondial de la téléphonie mobile, a annoncé la fin des discussions, portant sur un échange d'actifs, avec le groupe américain Liberty Global, numéro un du câble en Europe. Les deux groupes n'ont jamais précisé sur quels actifs portaient leurs pourparlers mais des banquiers et analystes avaient dit en juin que Vodafone était surtout intéressé par Virgin Media, filiale britannique de Liberty, tandis que ce dernier regardait du côté des actifs de groupe britannique dans le câble en Allemagne. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville  - RTSI41