Un rapport pour intégrer l'impact du numérique sur le travail

mardi 15 septembre 2015 11h45
 

PARIS (Reuters) - Un rapport remis mardi au gouvernement préconise 36 mesures pour prendre en compte l'impact des nouvelles technologies numériques sur les conditions et le droit du travail en France, dont un "devoir de déconnexion" des salariés.

La "révolution numérique" ne se résume pas à l'usage d'outils mais marque aussi l'entrée dans l'entreprise de nouvelles méthodes de conception, de production, de gestion et d'organisation du travail, note Bruno Mettling, directeur des ressources humaines d'Orange et auteur du rapport.

On assiste ainsi à une explosion du travail à distance, des nouvelles formes de travail hors salariat et des connexions professionnelles, souligne-t-il.

L'enjeu pour les entreprises, les partenaires sociaux et l'Etat est d'anticiper ces changements, qui "concernent tous les métiers sans exception", manuels comme intellectuels, pour en saisir le potentiel mais également en parer les risques.

"La naïveté consisterait à penser que l'autorégulation, l'équilibre des relations sociales et le droit du travail existant suffisent à assurer une transition harmonieuse", écrit Bruno Mettling, qui préconise notamment une approche préventive.

Une partie de ses 36 propositions visent à développer "l'éducation numérique" dès l'école et à évaluer les besoins de formation et reconversion dans les branches et les entreprises.

Les entreprises sont invitées à intégrer à leurs politiques de rémunération la reconnaissance des efforts d'adaptation des compétences et des qualifications au numérique.

Le rapport s'inquiète de l'effet sur la santé et la vie personnelle de l'intensification du travail pouvant résulter de l'utilisation intensive des nouveaux outils numériques.

  Suite...

 
Un rapport remis mardi au gouvernement préconise 36 mesures pour prendre en compte l'impact des nouvelles technologies numériques sur les conditions et le droit du travail en France, dont un "devoir de déconnexion" des salariés. L'auteur du rapport est Bruno Mettling, directeur des ressources humaines d'Orange. /Photo d'archives/REUTERS/Ivan Alvarado