Orange n'exclut pas une consolidation des télécoms en 2016

lundi 7 septembre 2015 09h55
 

PARIS (Reuters) - La consolidation du secteur français des télécoms n'est plus à l'ordre du jour mais pourrait resurgir en 2016 après la vente des nouvelles fréquences pour la 4G, estime le PDG d'Orange Stéphane Richard, qui rappelle en outre son souhait d'un marché unique européen.

Lors d'une interview au quotidien économique Les Echos, le PDG d'Orange a souligné que le mouvement de consolidation du secteur des télécoms avait été lancé dans tous les grands pays européens à l'exception de la France.

"Aujourd'hui, la consolidation n'est pas à l'ordre du jour mais elle finira peut-être par resurgir l'an prochain, après la vente des nouvelles fréquences pour la 4G", a-t-il dit.

Bouygues a rejeté fin juin l'offre du groupe européen de télécoms Altice, maison-mère de Numericable-SFR, en vue du rachat de sa filiale Bouygues Telecom, estimant que cette dernière était en mesure de poursuivre seule son développement.

La vente aux opérateurs mobiles des fréquences de la bande 700 MHz, actuellement utilisée par l'audiovisuel, doit se dérouler avant la fin de l'année 2015.

Le secteur européen des télécoms est aujourd'hui au stade des consolidations nationales, a en outre déclaré Stéphane Richard, soulignant que ce mouvement pourrait préfigurer une deuxième étape portant sur des consolidations internationales.

"Quand la perspective du marché unique sera claire, les opérateurs entreront en mouvement et Orange aura vocation à jouer un rôle dans cette consolidation", a-t-il ajouté.

Le secteur français des télécoms est confronté à une plus forte concurrence depuis l'arrivée de Free, a également rappelé le PDG d'Orange.

"Il n'y a peut-être plus une guerre des prix aussi intensive que lors de l'arrivée de Free sur le mobile, mais nous avons basculé dans une guerre des promotions. Chez Orange, nous n'entendons pas participer à cette surenchère."

(Raphaël Bloch, édité par Benjamin Mallet)

 
La consolidation du secteur français des télécoms n'est plus à l'ordre du jour mais pourrait resurgir en 2016 après la vente des nouvelles fréquences pour la 4G, estime le PDG d'Orange Stéphane Richard, qui rappelle en outre son souhait d'un marché unique européen. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau