Trois constructeurs allemands rachètent HERE à Nokia

lundi 3 août 2015 14h30
 

par Edward Taylor et Eric Auchard

FRANCFORT (Reuters) - Mercedes, BMW et Audi vont débourser 2,5 milliards d'euros pour racheter à Nokia sa filiale de cartographie HERE pour se renforcer dans les services numériques destinés aux voitures connectées.

L'équipementier télécoms finlandais précise dans un communiqué publié lundi que la transaction avec BMW, Audi (groupe Volkswagen) et Daimler, maison mère de Mercedes, valorise HERE à 2,8 milliards d'euros, en comprenant près de 300 millions d'euros de dette.

Nokia dit en attendre une plus-value nette de l'ordre d'un milliard d'euros, après conversion des différents taux de change, et ajoute qu'elle devrait être finalisée d'ici au premier trimestre 2016.

Mercedes, BMW et Audi ont précisé de leur côté qu'ils détiendraient des participations égales dans HERE et qu'aucun d'entre eux ne chercherait à obtenir la majorité.

"Pour l'industrie automobile, c'est la base de nouveaux systèmes d'assistance et à terme de la conduite pleinement autonome", ont-ils indiqué dans un communiqué commun.

Nokia s'était lancé dans les systèmes de navigation pour voitures en rachetant en 2008 l'américain Navteq pour 8,1 milliards de dollars, alors la plus importante acquisition de son histoire.

HERE, issu de Navteq, fournit des services de cartographie et de localisation dans plus de 50 langues et dans près de 200 pays. La société continuera de se développer en tant que fournisseur indépendant de cartes et de services de localisation.

A terme, avec les voitures autonomes, ces services devraient comprendre également des fonctions d'intelligence artificielle, comme le calcul de nouveaux itinéraires en cas d'embouteillage ou d'accident et la détection de collisions.   Suite...

 
Nokia a annoncé la cession de sa filiale de cartographie HERE à un consortium de constructeurs automobiles réunissant Daimler, maison mère de Mercedes-Benz, BMW et Audi (groupe Volkswagen), dans le cadre d'une transaction qui valorise cette activité à 2,8 milliards d'euros, dette comprise. /Photo prise le 15 avril 2015/REUTERS/Lehtikuva