Alcatel-Lucent et Nokia rassurent le marché sur leur fusion

jeudi 30 juillet 2015 11h33
 

par Joseph Sotinel et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - les équipementiers télécoms Alcatel-Lucent et Nokia ont grimpé en Bourse jeudi après avoir tous deux publié de solides résultats trimestriels qui rassurent les investisseurs sur leur mariage en cours.

Le rachat à 15,6 milliards d'euros du franco-américain par le finlandais, annoncé mi-avril, vise à renforcer leur position face au numéro un mondial du secteur, le suédois Ericsson, et au champion chinois du low cost Huawei en créant un numéro deux du mobile fort et doté d'une ligne de production plus complète.

Mais avec une concurrence qui reste féroce et une demande moins soutenue de la part des opérateurs télécoms, le secteur des infrastructures télécoms et ce mariage inquiètent certains investisseurs.

A 11h10, l'action Alcatel-Lucent s'adjugeait 5,4% et Nokia 7,7%, à comparer à un gain de 1,09% pour l'indice STOXX du secteur technologique européen. Avant ce bond, le titre Alcatel avait perdu 27% de sa valeur et Nokia 20% depuis l'annonce du projet de fusion, tandis qu'Ericsson a aussi perdu 20%.

Chez Exane BNP Paribas, l'analyste Alexander Peterc, à l'achat sur les deux titres, estime que les résultats des deux groupes au deuxième trimestre sont de bon augure pour la fusion.

"Le trimestre de Nokia a été bien meilleur qu'attendu au niveau de la marge opérationnelle, et la performance d'Alcatel a été bonne aussi", dit-il. "Rien n'indique que leurs résultats financiers divergent en faveur d'Alcatel-Lucent, aussi il y a peu de chances que les termes de l'accord soient renégociés."

Quelques investisseurs d'Alcatel-Lucent, dont son troisième actionnaire principal Odey Asset Management, avaient demandé de meilleurs termes pour le groupe franco-américain après les résultats du premier trimestre, ressortis plus favorables pour Alcatel que pour Nokia.

  Suite...

 
Alcatel-Lucent annonce réorganiser sa direction dans la perspective du rapprochement avec Nokia, à l'occasion de la publication de résultats légèrement moins bons que prévu. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann