La société de jeux en ligne 888 acquiert Bwin.Party

vendredi 17 juillet 2015 10h01
 

(Reuters) - La société britannique de jeux en ligne 888 Holdings a annoncé vendredi le rachat de sa concurrente Bwin.Party Digital Entertainment pour environ 898 millions de livres sterling (1,3 milliard d'euros).

La société 888, qui a elle-même repoussé en février une offre de William Hill, la principale maison de paris de Grande-Bretagne, était en concurrence avec GVC Holdings pour mettre la main sur Bwin, qui s'est mis en vente l'an dernier. GVC Holdings proposait 908 millions de livres.

Ce rachat est le reflet de la frénésie de transactions secouant actuellement le secteur des paris et des jeux, les sociétés cherchant à la fois à se prémunir contre une pression réglementaire et fiscale croissante et à accroître leurs investissements dans le marketing et la technologie.

888 a une capitalisation boursière de 572 millions de livres contre 848 millions pour Bwin, qui souffre du déclin du poker en Europe et peine à réaliser des économies depuis sa naissance en 2011 via la fusion du groupe de paris sportifs Bwin et du spécialiste du poker en ligne PartyGaming.

Les actionnaires de Bwin.Party recevront 39,45 pence et 0,404 action 888 par titre détenu.

Cette transaction valorise le titre Bwin.Party à environ 104,09 pence, ce qui représente une prime de 16,4% par rapport au cours auquel il évoluait avant le début des discussions le 14 mai.

Les deux sociétés affirment que la nouvelle entité bénéficiera d'une gamme élargie et renforcée de produits et profitera d'importantes synergies, aussi bien en termes de coûts que de revenus. Elles évaluent les synergies de coûts à pas moins de 70 millions de dollars (64,26 millions d'euros) par an à partir de 2018.

(Neil Maidment à Londres et Mamidipudi Soumithri à Bangalore; Bertrand Boucey pour le service français)

 
La société britannique de jeux en ligne 888 Holdings a annoncé vendredi le rachat de sa concurrente Bwin.Party Digital Entertainment pour environ 898 millions de livres sterling (1,3 milliard d'euros). /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau