La CE devrait examiner le projet de rachat de Jazztel par Orange

mercredi 3 décembre 2014 16h56
 

par Foo Yun Chee et Julien Toyer

BRUXELLES/MADRID (Reuters) - Les autorités européennes de la concurrence devraient approfondir leur examen du projet de rachat de l'opérateur espagnol Jazztel par Orange, accentuant la pression sur les deux sociétés pour améliorer leurs concessions, a-t-on appris mercredi de deux sources au fait du dossier.

Le numéro un français des télécoms a annoncé à la mi-septembre le lancement d'une offre publique d'achat sur l'opérateur fixe espagnol valorisant ce dernier à 3,4 milliards d'euros, en vue de renforcer sa présence dans un pays où il contrôle déjà le numéro trois du mobile.

Les sociétés ont proposé une série de concessions aux services de la concurrence de la Commission le 13 novembre mais elles n'ont pas été jugées suffisantes à ce stade, ont dit les sources.

L'une des sources a précisé que la Commission devrait probablement annoncer jeudi l'ouverture d'un examen approfondi. Elle devrait par ailleurs rejeter la requête de l'autorité espagnole de la concurrence d'instruire le dossier.

Le porte-parole de la Commission Ricardo Cardoso n'a pas souhaité faire de commentaire de même que Orange et Jazztel.

La date butoir pour l'examen préliminaire de la Commission est fixée à ce jeudi. Une enquête approfondie peut prendre jusqu'à 90 jours ouvrables, un délai qui peut-être allongé à 105 jours.

En mettant la main sur le réseau fixe de Jazztel, Orange pourra proposer des offres convergentes fixe-mobile et répondre à son concurrent direct Vodafone qui a acheté au printemps le câblo-opérateur Ono.

L'opération devrait également lui permettre d'accélérer le déploiement du très haut débit fixe en Espagne.   Suite...

 
Selon deux sources au fait du dossier, les autorités européennes de la concurrence devraient ouvrir un examen approfondi du projet de rachat de l'opérateur espagnol Jazztel par Orange, les deux sociétés n'ayant pas répondu à toutes leurs inquiétudes. /Photo prise le 16 septembre 2014/REUTERS/Andrea Comas