EE anticipe une convergence accrue dans les télécoms britanniques

jeudi 23 octobre 2014 22h00
 

par Gwénaëlle Barzic et Sophie Sassard et Eric Auchard

PARIS/LONDRES/FRANCFORT (Reuters) - L'opérateur mobile britannique EE, dont Orange est copropriétaire avec Deutsche Telekom, se prépare à de possibles rapprochements à compter de l'an prochain outre-Manche entre acteurs du fixe et du mobile, une tendance à l'oeuvre dans le reste de l'Europe.

Le numéro un du mobile en Grande-Bretagne n'a pour l'instant reçu aucune sollicitation, selon Gervais Pellissier, directeur général délégué d'Orange chargé des opérations en Europe et de EE, qui s'attend cependant à ce que la Grande-Bretagne saute le pas, possiblement dès l'an prochain.

"EE assemble actuellement les différentes pièces pour être un opérateur convergent, sans à ce jour avoir franchi l'étape suivante, qui consiste à aller plus loin en recherchant d'éventuelles associations avec des acteurs fixes", a expliqué l'ancien directeur financier d'Orange lors d'une conférence téléphonique à l'occasion des trimestriels du groupe.

"Je pense que c'est la deuxième étape, la deuxième bataille qui se produira probablement selon nous en 2015", a-t-il ajouté.

Thématique en vogue, la convergence désigne la capacité des opérateurs à proposer des offres couplées fixe et mobile, également baptisées "quadruple play", associant le mobile, la télévision, le téléphone et internet.

Elles sont considérées comme une carte maîtresse par les opérateurs qui espèrent ainsi riposter à la compétition sur les prix en enrichissant leurs offres tout en rendant leurs abonnés davantage "captifs".

La convergence est déjà largement à l'oeuvre en France, à l'image du rapprochement entre SFR (filiale de Vivendi) et le câblo-opérateur Numericable, ou en Espagne.

Le marché britannique grand public en revanche a longtemps été marqué par une ligne de séparation entre les acteurs mobiles d'un côté comme EE, O2 (filiale de Telefonica), Vodafone et 3 (Hutchison Whampoa) et de l'autre les acteurs du fixe dont l'ancien monopole BT et le câblo-opérateur Virgin Media (Liberty Media).   Suite...

 
L'opérateur mobile britannique EE, dont Orange est copropriétaire avec Deutsche Telekom, se prépare à de possibles rapprochements à compter de l'an prochain outre-Manche entre acteurs du fixe et du mobile, une tendance à l'oeuvre dans le reste de l'Europe. /Photo d'archives/REUTERS/Neil Hall