Bond de 93% de la musique en "streaming" en 2015 aux Etats-Unis

mercredi 6 janvier 2016 23h03
 

LOS ANGELES (Reuters) - Les consommateurs américains ont pratiquement doublé en 2015 leurs achats de musique via des services d'écoute en ligne comme Apple Music ou Spotify, a annoncé mercredi la société d'études spécialisée Nielsen Music.

Au total, ce sont ainsi 317 milliards de morceaux qui ont été écouté sur des services de "streaming" à la demande, un chiffre supérieur aux prévisions.

Les ventes d'albums "physiques" ont elles continué de baisser, reculant de 6% à environ 241 millions, même si la chanteuse britannique Adele, avec son nouvel opus, "25", qu'elle a refusé de diffuser sur les plates-formes de streaming, a soutenu ce segment du marché de la musique.

Sorti en novembre, "25" avait déjà été écoulé à 7,4 millions d'exemplaires le 31 décembre.

Taylor Swift, elle aussi réfractaire au "streaming", arrive derrière Adele au classement des meilleures ventes d'albums avec un peu moins de deux millions d'exemplaires pour "1989".

Justin Bieber, qui complète le podium avec "Purpose", a quant à lui écrasé la concurrence pour ce qui est de la diffusion en ligne, avec 205 millions d'écoutes au cours de la semaine de la sortie de l'album.

Petite consolation pour les nostalgiques du vinyl: ce format a représenté près de 12% des ventes globales d'albums aux Etats-Unis en 2015.

"Le vinyl est porté par les magasins de disques indépendants et par les consommateurs attachés à la qualité du son et au fait de pouvoir toucher les produits", explique David Bakula, vice-président de Nielsen Entertainment. "Tout ce qui touche à la révolution technologique va à l'encontre des ventes de vinyl et malgré tout, elles augmentent."

(Piya Sinha-Roy; Marc Angrand pour le service français)

 
Les consommateurs américains ont pratiquement doublé en 2015 leurs achats de musique via des services d'écoute en ligne comme Apple Music ou Spotify, selon la société d'études spécialisée Nielsen Music. Au total, ce sont ainsi 317 milliards de morceaux qui ont été écouté sur des services de "streaming" à la demande, un chiffre supérieur aux prévisions. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann