Vivendi devient l'actionnaire de référence de Telecom Italia

mercredi 24 juin 2015 21h52
 

PARIS (Reuters) - Vivendi a annoncé mercredi avoir porté à 14,9% sa participation dans Telecom Italia, devenant l'actionnaire de référence du premier opérateur fixe et mobile d'Italie après la sortie de l'espagnol Telefonica.

Le groupe de médias précise avoir reçu, ce jour, une participation de 8,24% dans Telecom Italia en échange de 4,5% du capital de Telefonica Brasil, conformément à l'accord passé lors de la cession du brésilien GVT à Telefonica, bouclée fin mai.

Il ajoute avoir récemment acquis 1,9% du capital du groupe italien et avoir porté cette part à 6,66% le 22 juin, pour un montant total de l'ordre d'un milliard d'euros.

Des sources proches du dossier avaient déclaré à Reuters le 16 juin que Vivendi s'apprêtait à monter entre 10% et 15% du capital du groupe italien.

Vivendi, qui dit vouloir "accompagner Telecom Italia sur le long terme", souligne dans un communiqué que "cet investissement constitue une opportunité pour le groupe d'être présent et de se développer sur un marché dont les perspectives de croissance sont significatives et dont l'appétence pour des contenus de qualité est très forte".

De son côté, Telefonica a précisé avoir réalisé une plus-value de 380 millions d'euros en sortant du capital du groupe italien.

En montant au capital de Telecom Italia, Vivendi peut entre autres espérer s'assurer une plus large distribution des contenus de ses filiales Canal Plus et Universal Music Group.

Dans le même temps, son président et principal actionnaire, Vincent Bolloré, s'apprête à retrouver un rôle majeur dans les télécoms en Europe, quelques mois seulement après la sortie de Vivendi de la téléphonie mobile.

Telecom Italia faisant figure de cible potentielle, le milliardaire breton pourrait jouer un rôle clé dans les mouvements de concentration à venir.   Suite...

 
Vivendi a porté sa participation dans Telecom Italia à 14,9%, devenant ainsi l'actionnaire de référence du groupe italien après la sortie de l'espagnol Telefonica. /Photo d'archives/REUTERS/Max Rossi