Bouygues douche l'espoir de consolidation du marché des telecoms

mercredi 24 juin 2015 15h43
 

par Gilles Guillaume et Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Le secteur des télécoms a dégringolé mercredi à la Bourse de Paris, le rejet sans appel par Bouygues de l'offre de rachat de Bouygues Telecom par Altice éloignant à court terme toute perspective de consolidation du marché en France.

Plusieurs sources proches de l'opération disent qu'aucune nouvelle offensive de la maison mère de Numericable-SFR sur la filiale de Bouygues Telecom n'est à attendre pour l'instant, entérinant le scénario du statu quo entre les quatre opérateurs présents sur le marché français.

"L'idée est maintenant d'en rester là", explique une source proche du dossier, en référence aux ambitions d'Altice vis-à-vis de Bouygues Telecom. "Aucune consolidation dans les télécoms en France n'est à attendre, au moins dans les deux ou trois ans qui viennent", souligne une autre source.

Outre les réticences de Bouygues, l'offre d'Altice - estimée à quelque 10 milliards d'euros par certaines sources - s'est heurtée aux objections du gouvernement qui redoutait qu'un rachat de Bouygues Telecom ne compromette la vente à venir des fréquences 700 MHz pour le déploiement de la 4G, dont il espère tirer 2,2 milliards d'euros.

Selon certains analystes, le gouvernement pourrait se montrer à l'avenir moins regardant en matière de consolidation une fois la vente des fréquences achevée.

Vers 14h40, Bouygues chutait de 8,43%, Numericable-SFR dégringolait de 8,99%, Altice de 5,96%, Iliad de 7,12% et Orange de 3,55% dans des volumes d'échange élevés. L'indice CAC 40 perdait au même moment 0,78% tandis que l'indice Stoxx du secteur télécoms européen reculait de 1%.

LA QUESTION DU "BREAK-UP FEE"   Suite...

 
Le secteur des télécoms a dégringolé mercredi à la Bourse de Paris, le rejet sans appel par Bouygues de l'offre de rachat de Bouygues Telecom par Altice éloignant à court terme toute perspective de consolidation du marché en France. /Photo prise le 23 juin 2015/REUTERS/Philippe Wojazer