Martin Bouygues à la croisée des chemins sur les télécoms

mardi 23 juin 2015 14h02
 

par Leila Abboud et Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Martin Bouygues est confronté mardi à un choix aussi crucial que difficile: décider ou non de vendre l'activité télécoms du groupe, sa principale contribution personnelle à l'édification de l'entreprise héritée de son père Francis.

Le conseil d'administration du groupe de BTP, de médias et de télécommunications doit se réunir à 18h00 pour discuter de l'offre du groupe européen de télécoms Altice sur Bouygues Telecom, dont des sources proches du dossier ont dit qu'elle se chiffrait à dix milliards d'euros.

Mais en réalité, la décision revient surtout à Martin Bouygues, PDG du groupe depuis 1989.

"Personne ne sait vraiment ce qu'il pense, et s'il vendra maintenant", commente une source proche du dossier. "Mais s'il vend, il aura imposé un prix incroyable pour l'activité qu'il a fondée et qui porte son nom", ajoute-t-elle.

La première grande aventure tentée par Martin Bouygues, un an après la disparition de son père, a été très fragilisée par plusieurs années de guerre des prix entraînée par l'arrivée début 2012 du 4e opérateur Free.

Le PDG du groupe a déjà rejeté au moins deux offres pour l'opérateur au cours de l'année écoulée, et soutenait encore le mois dernier que Bouygues Telecom pouvait prospérer en restant indépendant.

A la question d'un journaliste sur une vente de la branche, il avait répliqué en février dernier: "Et vous, vous vendriez votre femme ?"

"Les affaires ne doivent pas être faciles à décider du côté de Bouygues. Ce serait à peu près un retour au groupe tel que l'a légué (son père)", observe Dominique Barjot, professeur d'histoire économique à l'Université Paris-Sorbonne et spécialiste de l'histoire du groupe Bouygues. "La grande aventure de Martin Bouygues, c'est quand même le téléphone portable."   Suite...

 
Martin Bouygues est confronté mardi à un choix aussi crucial que difficile: décider ou non de vendre l'activité télécoms du groupe, sa principale contribution personnelle à l'édification de l'entreprise héritée de son père Francis. /Photo prise le 1er juillet 2014/REUTERS/Benoît Tessier