L'offre d'Altice sur Bouygues Tel met les télécoms en ébullition

lundi 22 juin 2015 18h44
 

par Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Altice a confirmé lundi avoir fait une offre de rachat de Bouygues Telecom qui propulserait sa filiale Numericable-SFR à la première place des opérateurs télécoms en France et à la troisième en Europe, mettant une nouvelle fois le secteur en effervescence.

De son côté, Bouygues a confirmé avoir reçu une offre "non sollicitée" de la part d'Altice, tout en indiquant qu'aucune négociation n'était en cours.

Le conseil d'administration du groupe de BTP se réunira mardi à 18h00 pour examiner cette offre.

Patrick Drahi, le patron d'Altice, doit de son côté rencontrer mardi après-midi Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, pour discuter de l'offre sur Bouygues Telecom, a-t-on fait savoir dans l'entourage du ministre.

Le ministre de l'Economie a réaffirmé dès dimanche son opposition à tout mouvement de consolidation dans le secteur français des télécoms qui ferait passer le marché de quatre à trois opérateurs mobiles.

Le gouvernement craint en effet qu'une telle consolidation ne constitue une menace pour les emplois et les investissements des opérateurs dans les infrastructures.

Bercy redoute notamment que les prochaines enchères à venir pour de nouvelles fréquences mobiles suscitent moins d'intérêt en cas de réduction du nombre d'intervenants.

Aucune précision n'a été donnée pour le moment sur les modalités de l'opération qui, selon des sources proches du dossier, atteindrait 10 milliards d'euros, une offre généreuse pour un opérateur qui accumule les pertes depuis l'arrivée de Free en 2012 sur le marché du mobile et qui était valorisé par les analystes entre 5 et 6,5 milliards d'euros.   Suite...

 
Patrick Drahi, le patron d'Altice. Le groupe a confirmé lundi avoir fait une offre de rachat de Bouygues Telecom qui propulserait sa filiale Numericable-SFR à la première place des opérateurs télécom en France et à la troisième en Europe, mettant une nouvelle fois le secteur en effervescence. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer