Nouveau plan de sauvetage de Sharp de 200 milliards de yens

jeudi 14 mai 2015 09h50
 

TOKYO (Reuters) - Sharp a annoncé jeudi avoir conclu avec ses banques un plan de sauvetage de 200 milliards de yens (1,5 milliard d'euros), le deuxième en trois ans, après la dégradation marquée de sa situation financière, liée aux difficultés de son activité d'écrans pour smartphones.

Mizuho Bank et Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ fourniront ces capitaux frais dans le cadre d'une opération de conversion de dette en actions, a précisé Sharp dans un communiqué.

Japan Industrial Solutions, un fonds spécialisé dans le redressement des entreprises, apportera 25 milliards de yens.

En échange des sommes perçues, Sharp va poursuivre la restructuration de ses activités, ce qui passera notamment par la suppression de 10% de ses effectifs mondiaux, dont 3.500 postes au Japon, et la vente de certains actifs, comme l'immeuble du siège social.

L'injection de liquidités permet au groupe de gagner de temps mais ne résoud pas ses problèmes de fond et ne répond pas aux interrogations sur la viabilité à long terme de l'activité d'écrans, qui pâtit d'une guerre des prix déclenchée par les concurrents asiatiques du groupe.

Sharp a publié une perte nette de 222,4 milliards de yens au titre de l'exercice clos fin mars, son troisième résultat dans le rouge en quatre ans.

"Nous souhaitons prendre un nouveau départ qui nous mène vers le redressement", a déclaré le directeur général, Kozo Takahashi, lors d'une conférence de presse.

Pour l'exercice en cours, le groupe prévoit un retour au bénéfice d'exploitation et vise 80 milliards de yens de profits opérationnels, contre une perte de 48 milliards sur 2014-2015. Il n'a pas présenté de prévision de résultat net.

Interrogé sur le sort de l'activité d'écrans pour smartphones, Kozo Takahashi a précisé que le groupe ne prévoyait pas à ce stade de la scinder, alors que certains analystes jugent qu'il doit s'en séparer.   Suite...

 
Kozo Takahashi, directeur général de Sharp. Le groupe japonais a conclu avec ses banques un plan de sauvetage de 200 milliards de yens (1,5 milliard d'euros), le deuxième en trois ans, après la dégradation marquée de sa situation financière, liée aux difficultés de son activité d'écrans pour smartphones. /Photo prise le 14 mai 2015/REUTERS/Issei Kato