Nokia évoque la possibilité de ne pas vendre HERE

mardi 5 mai 2015 17h24
 

HELSINKI (Reuters) - Nokia pourrait décider de conserver sa filiale de cartographie HERE, pour laquelle il étudie actuellement différentes options, a déclaré mardi son président.

Le groupe finlandais d'équipements de réseaux télécoms a confirmé le mois dernier qu'il envisageait une cession de HERE après l'annonce de son OPA sur son concurrent franco-américain Alcatel-Lucent.

HERE, qui pourrait être valorisée à près de sept milliards d'euros, susciterait aussi bien l'intérêt de constructeurs automobiles que de spécialistes des services internet comme Facebook ou encore du service de voiturage avec chauffeur Uber.

"C'est le bon moment pour une revue stratégique, non seulement à cause de l'opération avec Alcatel-Lucent mais aussi parce que les marchés de la navigation ont changé ces dernières années", a expliqué Risto Siilasmaa, le président de Nokia, lors de l'assemblée générale annuelle mardi.

"Soyons clairs: l'examen n'aboutira pas forcément à la vente de HERE. Nous croyons fermement en la possibilité de développer HERE au sein de Nokia; il s'agit avant tout de trouver pour HERE la meilleure possibilité de créer de la valeur".

La valeur comptable de HERE est de l'ordre de deux milliards d'euros mais Inderes Equity Research valorise l'entreprise entre 4,4 et 6,9 milliards d'euros à partir d'un calcul de la somme des parties.

Nokia a fait état jeudi dernier de résultats trimestriels nettement inférieurs aux attentes dans son segment des équipements de réseau, provoquant une forte baisse de son action et suscitant quelques inquiétudes quant à son OPA sur Alcatel-Lucent.

Le chiffre d'affaires de HERE a augmenté d'un quart au premier trimestre à 261 millions d'euros et Nokia a revu en hausse l'objectif de marge d'exploitation annuelle pour sa filiale, le portant de 7%-12% à 9%-12%.

(Jussi Rosendahl, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand)

 
Nokia pourrait décider de conserver sa filiale de cartographie HERE, pour laquelle il étudie actuellement différentes options, a déclaré mardi son président. /Photo prise le 15 avril 2015/REUTERS/Antti Aimo-Koivisto/Lehtikuva