30 avril 2015 / 06:09 / il y a 2 ans

Nokia suscite des interrogations quant à l'OPA Alcatel

Nokia a fait état jeudi de résultats du premier trimestre nettement inférieurs aux attentes du marché, l'équipementier télécoms finlandais évoquant à la fois un recul des ventes de logiciels, des coûts plus élevés et des conditions difficiles en Europe et en Amérique latine. /Photo prise le 15 avril 2015/REUTERS/Antti Aimo-Koivisto/Lehtikuva

HELSINKI/PARIS (Reuters) - Nokia a fait état jeudi de résultats au premier trimestre nettement inférieurs aux attentes dans son segment des équipements de réseau, provoquant une forte baisse de son action et suscitant quelques inquiétudes quant à son OPA sur Alcatel-Lucent.

Dans la mesure où l‘action se traite 20% environ en deçà de son cours avant l‘annonce de la transaction avec Alcatel et qu‘il y a une divergence sensible des performances entre les deux sociétés, les modalités de l‘OPA valorisant Alcatel-Lucent 15,6 milliards d‘euros pourraient s‘en trouver remises en cause.

Nokia, dont l‘action perdait 7,8% à mi-journée, plus forte baisse de l‘indice EuroStoxx 50 et de l‘indice FTSEurofirst 300, entraînait dans son sillage Alcatel-Lucent qui cédait 6,4%, deuxième perte du FTSEurofirst 300.

Pour Alexander Peterc, analyste d‘Exane BNP Paribas, les perspectives de conclure l‘affaire pourraient s‘en trouver améliorées si Alcatel faisait également état d‘un médiocre premier trimestre.

“Autrement, des actionnaires mécontents déplorant ce qu‘ils décriraient comme des parités d‘échange faibles dans l‘offre toute en titres de Nokia pour Alcatel pourraient se mettre en campagne pour réclamer une révision à la hausse de l‘offre de Nokia”.

Des pressions du même ordre ont récemment remis en cause la fusion entre Holcim et Lafarge avant qu‘un compromis ne soit passé sur de nouvelles modalités et pourraient aussi affecter l‘OPA de Shell sur BG.

Le chiffre d‘affaires réseaux de Nokia a un peu dépassé le consensus (+15% à 2,67 milliards d‘euros contre un consensus de 2,59 milliards) mais le bénéfice a chuté de 61% en raison de la composition des produits vendus, moins de logiciels à marge élevée et du matériel à faible marge en Chine, sans compter une hausse des charges de recherche-développement.

Les investisseurs veulent savoir si cette moindre rentabilité est un fait exceptionnel ou appelée à durer. Toujours est-il que Nokia a légèrement modifié son objectif de marge opérationnelle annuelle, visant le milieu d‘une marge de 8% à 11%, alors que les investisseurs espéraient le haut.

RIEN DE PLUS SUR HERE

Le directeur général, Rajeev Suri, a défendu l‘opération sur Alcatel-Lucent telle quelle, s‘abstenant de dire si les modalités pourraient en être revues. “Nous avons rencontré beaucoup d‘investisseurs ces dernières semaines et nous avons recueilli d‘excellents échos”, a-t-il dit, ajoutant que les conseils d‘administration des deux sociétés avaient déjà approuvé les conditions de la transaction.

Odey Asset Management, deuxième actionnaire d‘Alcatel avec 5% du capital, explique dans une lettre aux investisseurs qu‘il ne présentera pas ses titres car le prix de l‘offre est trop bas, selon le Financial Times.

Rajeev Suri a affirmé que certains des éléments négatifs qui ont plombé le premier trimestre de Nokia s‘atténueraient au second semestre. “Les conditions d‘investissement sont difficiles à ce stade et globalement l‘environnement est un peu plus concurrentiel”, a-t-il noté, allusion aux investissements des opérateurs pour moderniser leurs réseaux à travers le monde.

La division réseaux, qui a pour concurrent le leader suédois Ericsson et le chinois Huawei, a dégagé un excédent brut d‘exploitation (EBE) de 85 millions d‘euros contre 216 millions un an auparavant et un consensus le donnant à 226 millions, donnant une marge de 3,2% contre 8,7% attendu.

“La division réseaux a fait de bonnes performances ces deux dernières années et donc cette baisse du résultat est vraiment étonnante et décevante”, dit Mikael Raufanen (Equity Research). “Les estimations vont être sacrément revues en baisse et on peut se demander si c‘est un changement pour le pire pour cette division”.

Outre les réseaux, Nokia est propriétaire d‘une filiale cartographie appelée HERE, qu‘il a mise en vente, et d‘un portefeuille de brevets de smartphones, le groupe finlandais ayant cédé l‘an passé son activité de fabrication de combinés à Microsoft.

HERE, que les analystes valorisent de cinq à sept milliards d‘euros, suscite l‘intérêt de bon nombre de candidats, dont Facebook et Uber ainsi que des fonds de capital investissement.

Rajeev Suri n‘a rien dit concernant la procédure de vente, se contentant de mentionner que Nokia n‘était pas dans l‘obligation de vendre et que le profil de rentabilité de la filiale s‘était amélioré.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below