Vivendi s'intéresserait à Sky pour bâtir un géant de la TV

mardi 7 avril 2015 21h26
 

par Pamela Barbaglia et Sophie Sassard

LONDRES (Reuters) - Le groupe de médias Vivendi étudie la possiblité d'acquérir le groupe de télévision payante Sky, une option parmi d'autres opérations potentielles de grande ampleur qui permettrait d'accroître la présence en Europe de sa filiale Canal+, a-t-on appris de trois sources au fait du dossier.

Vivendi, qui a cédé pour quelque 35 milliards d'euros d'actifs au cours des deux dernières années, s'intéresse à Sky après avoir passé en revue une série de cibles potentielles dans le secteur de la télévision payante en Turquie et dans d'autres pays à forte croissance en Europe, a expliqué l'une des sources.

Le groupe français discute avec des banques d'investissement en vue d'évaluer l'intérêt d'un rapprochement avec Sky, ont dit les sources, tout en soulignant qu'une telle opération serait compliquée compte tenu de la capitalisation boursière de Sky qui se situe autour de 17 milliards de livres (23 milliards d'euros).

Le président de Vivendi, Vincent Bolloré, qui a récemment porté sa participation à 12%, considère Canal+ comme l'un des piliers du groupe, expliquent les sources, dont l'une souligne qu'il est l'un des principaux partisans d'une opération avec Sky. "Au final, ce qui décidera du projet, c'est Vincent Bolloré", a déclaré une autre source.

Ni Vivendi ni Sky n'ont souhaité faire de commentaire.

L'américain Twenty-First Century Fox du magnat des médias Rupert Murdoch possède 39% du capital de Sky.

Ce dernier est né l'an dernier du rachat par BSkyB, numéro un de la télévision payante en Grande-Bretagne, de la quasi-totalité (96%) de Sky Deutschland et de l'intégralité de Sky Italia, rassemblant ainsi l'ensemble des activités européennes de télévision de l'empire Murdoch.

  Suite...

 
Le groupe de médias Vivendi étudie la possiblité d'acquérir le groupe de télévision payante Sky, une option parmi d'autres opérations potentielles de grande ampleur qui permettrait d'accroître la présence en Europe de sa filiale Canal+. /Photo prise le 25 juillet 2014/REUTERS/Toby Melville