Accenture relève encore sa prévision de croissance du CA

samedi 28 mars 2015 11h55
 

par Abhirup Roy et Lehar Maan

(Reuters) - Accenture a relevé jeudi sa prévision de croissance de chiffre d'affaires pour l'ensemble de l'année pour la deuxième fois à la faveur de nouveaux contrats, principalement dans sa division externalisation, soutenue par la volonté des entreprises de réduire leurs coûts.

Le bénéfice et le chiffre d'affaires du cabinet de conseil en management et technologies de l'information ont dépassé les attentes au deuxième trimestre grâce à la croissance du segment externalisation en Amérique du Nord.

En Bourse, l'action Accenture avance de 6,67% à 94,09 dollars à Wall Street vers 15h00 GMT après avoir inscrit en séance un plus haut historique à 94,97.

Les revenus issus de l'externalisation, qui représentent près de la moitié du chiffre d'affaires total du groupe, ont augmenté au deuxième trimestre de 6%, libellés en dollars américains. Le chiffre d'affaires pour l'activité de consulting a progressé de 4%.

"C'est la meilleure croissance que nous ayons observée depuis des années à taux de change constant, depuis le deuxième trimestre de 2012 (...)", souligne James Friedman, analyste chez Susquehanna Financial Group.

Accenture a dit attendre une croissance du chiffre d'affaires de 8-10% libellée en monnaie locale sur l'exercice s'achevant fin août.

En décembre, le groupe américain avait déjà relevé sa prévision de croissance à 5-8% contre 4-7% initialement.

Le cabinet, qui dégage un peu plus de la moitié de son chiffre d'affaires hors de l'Amérique du Nord, a resserré la fourchette de sa prévision de bénéfice à 4,66-4,76 dollars par action contre 4,66-4,80 auparavant.   Suite...

 
Le cabinet de conseil en management et technologies de l'information Accenture a relevé jeudi sa prévision de croissance de chiffre d'affaires pour l'ensemble de l'année pour la deuxième fois à la faveur de nouveaux contrats, principalement dans sa division externalisation, soutenue par la volonté des entreprises de réduire leurs coûts. /Photo d'archives/REUTERS/Albert Gea