Altice lorgne les 20% de Vivendi dans Numericable-SFR

mercredi 18 février 2015 15h15
 

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - L'entrepreneur Patrick Drahi met 3,9 milliards d'euros sur la table pour acquérir le solde de la participation de Vivendi dans Numericable-SFR, espérant obtenir les coudées franches à la tête de l'opérateur au centre de l'échiquier d'une possible consolidation en France.

Altice et sa filiale Numericable-SFR proposent 40 euros par action pour mettre la main sur les 20% que Vivendi détient encore dans le nouveau numéro deux français des télécoms, né il y a moins de trois mois.

Le magnat des télécoms avance ses pions plus tôt que prévu et à un prix certes inférieur au cours de Bourse actuel de SFR-Numericable mais supérieur à celui de la transaction initiale, bouclée en novembre.

"Le conseil de surveillance, lors de sa réunion du 27 février, décidera des suites à y donner", indique Vivendi dans un communiqué.

En début d'après-midi, l'action de Vivendi progresse de 0,89% à 21,00 euros. Numericable-SFR gagne 4,46% à 51,53 euros tandis qu'Altice avance de 3,05% à 82,79 euros.

Vivendi a cédé en novembre dernier 80% de son opérateur mobile SFR à Altice pour 13,5 milliards d'euros en numéraire dans le cadre d'un accord prévoyant qu'il conserve pendant au moins un an ses 20% restants. Altice pouvait ensuite profiter de promesses de vente pendant une période comprise entre le 19ème et le 43ème mois suivant la fusion.

"Nous ne sommes pas surpris par le fait qu'Altice souhaite racheter la participation de Vivendi mais nous sommes surpris par le timing", commentent les analystes d'ING dans une note.

Ils soulignent que le prix proposé fait apparaître une décote proche de 20% par rapport au cours de clôture de l'action de SFR-Numericable mardi soir (49,33 euros).   Suite...

 
Vivendi a annoncé mercredi avoir reçu du groupe Altice et de sa filiale Numericable-SFR une offre ferme en vue de l'acquisition de sa part de 20% dans Numericable-SFR, pour un prix par action de 40 euros représentant un montant total d'environ 3,9 milliards d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann