Ericsson déçoit au 4e trimestre, l'Amérique du Nord ralentit

mardi 27 janvier 2015 11h44
 

STOCKHOLM (Reuters) - Ericsson a déclaré mardi s'attendre à voir persister le ralentissement de ses activités en Amérique du Nord, les opérateurs de la région privilégiant leur trésorerie, une tendance qui s'est déjà traduite au quatrième trimestre par un chiffre d'affaires inférieur aux attentes.

Le groupe suédois d'équipements de réseaux de télécommunications souffre du fait qu'aux Etats-Unis et dans le Nord de l'Asie, la phase d'investissement dans la construction des réseaux mobiles "4G" a passé son point haut, les opérateurs favorisant désormais l'augmentation des capacités dans les zones à forte densité.

"L'activité a encore ralenti au cours du trimestre, les opérateurs continuant de privilégier l'optimisation des cash-flows afin de financer d'importantes acquisitions et les enchères de fréquences", a expliqué Ericsson dans un communiqué à propos du marché nord-américain.

Si Ericsson souligne la croissance enregistrée au Moyen-Orient, en Europe de l'Ouest et en Asie du Sud-Est, les ventes du groupe ont cependant baissé de 2% à données comparables.

"Je suis surpris que le chiffre d'affaires soit si faible. Le déploiement de la 4G est mondial et Ericsson a une croissance négative des ventes", commente Inge Heydorn, gérant de fonds chez Sentat Asset Management.

Le chiffre d'affaires du groupe sur les trois derniers mois de 2014 a atteint 68,0 milliards de couronnes (7,27 milliards d'euros), soit deux milliards de moins qu'attendu en moyenne par les analystes financiers.

Dans la seule division Réseaux, qui représente un peu plus de la moitié du chiffre d'affaires total, les ventes ont diminué de 7% à données comparables.

Le bénéfice d'exploitation est revenu à 6,3 milliards de couronnes (675 millions d'euros) contre 9,1 milliards un an plus tôt. La moyenne des estimations d'analystes le donnait à 6,4 milliards.

La marge brute ressort néanmoins à 36,6%, dépassant le consensus qui la donnait à 34,7% grâce à la croissance des ventes de logiciels et à des gains de productivité.   Suite...

 
Le directeur général d'Ericsson Hans Vestberg. Le groupe suédois d'équipements de réseaux de télécommunications s'attend à voir persister le ralentissement de ses activités en Amérique du Nord, les opérateurs de la région privilégiant leur trésorerie, une tendance qui s'est déjà traduite au quatrième trimestre par un chiffre d'affaires inférieur aux attentes. /Photo prise le 27 janvier 2015/REUTERS/Janerik Henriksson/TT News Agency