Soitec se recentre sur l'électronique et nomme un DG

lundi 19 janvier 2015 11h19
 

PARIS (Reuters) - Soitec a annoncé lundi son recentrage sur l'électronique, son coeur de métier, et un changement de gouvernance avec la nomination d'un directeur général, le PDG et co-fondateur demeurant président du conseil d'administration.

Le fabricant de matériaux semi-conducteurs compte profiter de la croissance persistante des marchés des équipements mobiles - comme les smartphones - au sein de sa division d'électronique, qui représente l'essentiel de ses ventes, et va restructurer son pôle d'énergie solaire.

Paul Bouder, qui était directeur général délégué depuis juin 2008 et s'est consacré ces dernières années au développement de la division d'électronique, devient directeur général. André-Jacques Aubert on-Hervé, co-fondateur de la société, demeure président du conseil d'administration.

Soitec dit avoir signé un "Programme d'Augmentation de Capital par Exercice d'Option" avec Société générale portant sur la mise en place d’une ligne de financement en fonds propres pour une période de deux ans. Société Générale s'est engagée à souscrire, à la demande de Soitec, des actions nouvelles en plusieurs tranches au cours des 24 prochains mois, dans la limite globale de 22 millions d'actions (9,8% du capital).

Soitec donne ces informations dans un communiqué publié à l'occasion de l'annonce de son chiffre d'affaires de son troisième trimestre 2014-2015, qui a progressé de 45% à la faveur d'un net rebond de la division d'électronique (+36,3%).

Sur les neuf premiers mois de l'exercice, Soitec a réalisé un chiffre d'affaires de 154,0 millions d'euros, en hausse de 24,1%, malgré une baisse de 7,1% de sa division d'électronique.

Au quatrième trimestre 2014-2015, Soitec s'attend à un nouveau bond des ventes de sa division d'électronique, à environ 65 millions d'euros, contre 44,3 millions au troisième trimestre, à la faveur de ses équipements pour smartphones, dont le marché est prévu en hausse de 30% en rythme annuel.

Le groupe précise qu'une charge "importante" pour dépréciation d'actifs sera enregistrée au second semestre de l'exercice 2014-2015, clos le 31 mars, afin de refléter les mesures de restructuration de son activité d'énergie solaire.

"La société examinera le scénario le plus approprié pour extraire la valeur de ses actifs liés à l'énergie solaire dans le respect de ses obligations à l'égard de toutes les parties prenantes", dit le groupe.   Suite...