Isabel dos Santos retire son offre sur Portugal Telecom

mardi 23 décembre 2014 21h25
 

LISBONNE (Reuters) - La milliardaire Isabel dos Santos a retiré son offre de rachat de 1,2 milliard d'euros de Portugal Telecom, qui menaçait de contrecarrer la revente par le brésilien Oi des activités de PT au Portugal à Altice pour environ 7,4 milliards d'euros.

Terra Peregrin, la société portugaise de la fille du président angolais Jose Eduardo dos Santos, dit dans un communiqué émis mardi avoir "décidé de retirer l'offre après avoir étudié attentivement la question".

L'autorité boursière portugaise de régulation (CMVM) avait estimé la semaine dernière que Terra Peregrin devait relever son offre, à 1,35 euro par action, sur Portugal Telecom.

Oi et Portugal Telecom avaient conclu en décembre 2013 un accord de rapprochement mais le projet s'est heurté à de multiples difficultés, parmi lesquelles figurait l'investissement de PT dans la dette de Rio Forte, l'une des holdings de l'empire financier déchu Espirito Santo. Rio Forte a depuis été placée en liquidation.

Les deux groupes ont dû renégocier leur alliance et Oi, qui a changé de directeur général dans l'intervalle, s'est résolu à céder des actifs, d'où la transaction conclue avec Altice. Isabel dos Santos était opposée à cette transaction et son offre sur PT était conditionnée à l'annulation de la vente d'actifs à Altice.

Le seul véritable actif de Portugal Telecom, outre la dette de Rioforte, est sa participation de 25,6% dans Oi à la suite de la fusion entre les deux sociétés.

Les actionnaires de PT doivent se prononcer le 12 janvier sur la cession des actifs portugais à Altice.

Avec le rachat de l'ancien monopole portugais PT, Altice, qui est notamment présent en France, en Israël et en République dominicaine, espère conforter sa position au Portugal où il possède déjà deux actifs dans le câble.

(Andrei Khalip, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

 
La milliardaire Isabel dos Santos, fille du président angolais, a retiré son offre de 1,2 milliard d'euros pour le rachat de Portugal Telecom après l'annonce par l'autorité boursière portugaise de régulation qu'elle devait la relever. /Photo prise le 13 juillet 2014/REUTERS/Hugo Correia