Nintendo mise sur le sommeil

jeudi 30 octobre 2014 11h39
 

TOKYO (Reuters) - Nintendo va développer un appareil capable d'évaluer le sommeil et la fatigue de son utilisateur, le premier outil produit par sa division santé récemment créée, a déclaré jeudi Satoru Iwata, le directeur général du géant japonais des jeux vidéo.

L'appareil sera développé avec l'entreprise américaine ResMed, spécialisée dans le traitement des troubles du sommeil, et sera disponible dans le courant de l'exercice fiscal 2015/2016.

"Utiliser notre savoir-faire dans le jeu (...) pour analyser le sommeil et la fatigue, peut nous permettre de créer quelque chose de drôle", a ajouté Iwata.

Nintendo, davantage connu pour ses jeux Mario et Zelda et ses consoles Wii et Wii U, estime que sa division santé sera bénéficiaire en 2015/2016. Le groupe propose déjà des jeux de fitness sur la Wii, dotée d'une télécommande qui détecte les mouvements.

Selon l'image présentée par Iwata lors d'une conférence de presse, l'appareil aura la taille d'une main et pourra trouver sa place sur une table de nuit. Il enregistrera des données sur le sommeil grâce à des capteurs, les informations ainsi collectées devant aider à prendre de bonnes habitudes.

Iwata n'a pas fixé les objectifs de ventes pour ce nouvel appareil, indiquant juste qu'il devrait être proposé via un service d'abonnement plutôt qu'à l'achat.

"Nous nous lançons dans quelque chose de nouveau seulement si nous pensons que nous pouvons créer un gros marché, mais je ne peux pas discuter des prix et d'autres détails maintenant. Je ne pense pas qu'à ce stade des chiffres soient significatifs", a-t-il expliqué.

Mercredi, Nintendo a surpris avec l'annonce d'un résultat positif sur le trimestre juillet-septembre, qui lui laisse espérer un premier exercice bénéficiaire depuis quatre ans.

(Sophie Knight, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Wilfrif Exbrayat)

 
Nintendo va développer un appareil capable d'évaluer le sommeil et la fatigue de son utilisateur grâce à des capteurs. /Photo d'archives/REUTERS/Yuya Shino