Ericsson arrête la fabrication de modems, 1.000 emplois menacés

jeudi 18 septembre 2014 10h07
 

(Reuters) - Ericsson, le numéro un mondial des équipements de réseaux mobiles, a annoncé jeudi l'arrêt de sa fabrication de modems, une activité déficitaire qu'il avait reprise en totalité il y a un an lorsque STMicroelectronics avait quitté leur coentreprise.

Cette décision entraînera environ 1.000 départs du groupe, sur un total de 1.600 salariés qui travaillaient dans la division, a déclaré à Reuters le directeur général du groupe suédois.

Les fabricants européens de semi-conducteurs sont confrontés à la concurrence de géants américains et asiatiques qui ont largement externalisé la fabrication de puces pour se mettre à l'abri des flucturations de la demande et des prix.

"Depuis l'intégration, le marché des modems s'est orienté dans une direction qui a réduit le marché des modems ultra-fins", explique Ericsson dans un communiqué.

Le groupe cite également "la vive concurrence, l'érosion des prix et le rythme accéléré des innovations technologiques" comme autres facteurs à l'appui de sa décision, ajoutant : "Le succès sur ce marché évolué requiert d'importants investissements de R&D".

La division de modems avait perdu 456 millions de couronnes suédoises (49, millions d'euros) sur le seul deuxième trimestre.

Sa fermeture devrait entraîner d'importantes réductions de coûts, a souligné Ericsson.

La nouvelle a été bien reçue à la Bourse de Stockholm où l'action progresse de 1,4% dans les premiers échanges jeudi.

Interrogé par Reuters, le directeur général Hans Vestberg a indiqué qu'il était trop tôt pour chiffrer précisément les conséquences pour l'emploi.   Suite...

 
Ericsson, le numéro un mondial des équipements de réseaux mobiles, annonce jeudi l'arrêt de sa fabrication de modems, une activité déficitaire qu'il avait reprise en totalité il y a un an lorsque STMicroelectronics avait quitté leur coentreprise. /Photo d'archives/REUTERS/Bob Strong