Sony de nouveau plombé par ses téléphones portables

mercredi 17 septembre 2014 18h27
 

par Sophie Knight et Reiji Murai

TOKYO (Reuters) - Sony a abaissé mercredi ses prévisions de résultats pour la sixième fois depuis la nomination de Kazuo Hirai à sa tête début 2012, conséquence de lourdes dépréciations dans son activité de smartphones, toujours à la traîne du marché.

Kazuo Hirai a assuré que cette division resterait l'une des trois principales activités de la branche d'électronique du groupe, même si la baisse de sa part de marché et ses difficultés financières compromettent l'hypothèse d'un retour à la rentabilité au cours de l'exercice à fin mars.

Sony, qui rêvait un temps de prendre la troisième place du marché mondial des smartphones derrière Apple et Samsung, va inscrire dans ses comptes une charge de dépréciation de 180 milliards de yens (1,29 milliard d'euros) portant sur les parts de sa division mobile rachetées à Ericsson.

En conséquence, le géant japonais de l'électronique grand public prévoit désormais une perte nette de 230 milliards de yens (1,65 milliard d'euros) pour l'exercice au 31 mars 2015, soit 80 milliards de plus qu'auparavant. Sony table aussi pour l'exercice sur une perte d'exploitation de 40 milliards de yens, au lieu d'un bénéfice de 140 milliards annoncé en juillet.

Le groupe ne distribuera donc aucun dividende au titre de cet exercice, du jamais vu depuis qu'il est entré en Bourse en 1958. Il supprimera en outre d'ici fin mars un millier de postes sur les 7.100 que compte sa division mobile.

"Qu'ils abaissent leurs prévisions quatre, cinq ou six fois, ce n'est pas vraiment ce qui importe. Le plus important pour le marché, c'est de savoir si (cette restructuration) mettra un terme à leurs difficultés, comme ils l'ont dit", a commenté Yasuo Sakuma, gérant de portefeuille de Bayview Asset Management à Tokyo.

"UNE ÉNORME RESPONSABILITÉ" POUR HIRAI   Suite...

 
Kazuo Hirai, directeur général de Sony. Le géant japonais de l'électronique grand public a abaissé mercredi ses prévisions de résultats pour la sixième fois depuis la nomination de Kazuo Hirai à sa tête début 2012, conséquence de lourdes dépréciations dans son activité de smartphones, toujours à la traîne du marché. /Photo prise le 17 septembre 2014/REUTERS/Kyodo