Orange lance une OPA sur Jazztel pour se développer en Espagne

mardi 16 septembre 2014 07h52
 

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS/MADRID (Reuters) - Orange a annoncé lundi soir qu'il allait lancer une offre publique d'achat sur l'opérateur télécoms espagnol Jazztel valorisant ce dernier à 3,4 milliards d'euros, en vue de renforcer sa présence dans le pays où il contrôle déjà le numéro trois du mobile.

Le numéro un français des télécoms va proposer 13 euros par action pour acquérir la totalité de Jazztel, ce qui représente selon lui une prime de 34% par rapport au cours moyen pondéré de l'opérateur fixe sur les 30 derniers jours.

La transaction, grâce à laquelle Orange espère réaliser 1,3 milliard d'euros de synergies, bénéficie du soutien de l'actionnaire de référence de Jazztel Leopoldo Fernandez Pujals qui s'est engagé à apporter ses 14,5% du capital à l'offre.

Elle doit recevoir l'aval de plus de 50% du capital, sans compter les titres déjà promis à l'offre, pour aboutir, a précisé l'opérateur historique dans un communiqué diffusé tard lundi soir.

"Nous pensons que c'est le bon moment pour renforcer notre poids sur cette économie qui est en convalescence", a expliqué le PDG Stéphane Richard lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Avec environ 10% du chiffre d'affaires global, l'Espagne constitue le deuxième marché de l'opérateur historique français qui est parvenu à y gagner des parts de marché et améliorer sa rentabilité en dépit d'une concurrence soutenue.

En mettant la main sur le réseau fixe de Jazztel, l'opérateur pourra proposer des offres convergentes fixe-mobile et répondre à son concurrent direct Vodafone qui a mis la main au printemps sur le câblo-opérateur Ono.

Elle permettra par ailleurs à Orange d'accélérer le déploiement du très haut débit fixe dans le pays.   Suite...

 
Orange va lancer une offre publique d'achat amicale sur l'opérateur télécoms espagnol Jazztel valorisant ce dernier à 3,4 milliards d'euros en vue de renforcer sa présence dans le pays où il contrôle déjà le numéro trois du mobile. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau