Microsoft va supprimer jusqu'à 18.000 postes en un an

jeudi 17 juillet 2014 19h05
 

SEATTLE (Reuters) - Microsoft a annoncé jeudi qu'il allait supprimer jusqu'à 18.000 postes, soit environ 14% de ses effectifs, justifiant sa décision par l'intégration de Nokia et par une réorientation de ses activités.

Cette vague de licenciements est la plus forte annoncée par le groupe de Redmond depuis sa création, il y a 39 ans. Elle intervient cinq mois à peine après l'arrivée à sa tête de son nouveau directeur général Satya Nadella.

"Nous allons simplifier notre manière de travailler pour permettre une meilleure maîtrise des coûts, devenir plus souple et avancer plus vite", a écrit Satya Nadella dans une note adressée aux employés du groupe et publiée jeudi.

"Nous envisageons d'avoir moins de niveaux hiérarchiques, à la fois du sommet vers la base mais également à l'horizontale, pour accélérer la circulation de l'information et la prise de décision."

Le dirigeant de Microsoft a expliqué qu'il détaillerait ses axes de développement après la publication des résultats trimestriels, prévue le 22 juillet.

Le groupe américain a précisé que ces suppressions de postes se traduiraient par le passage d'une charge avant-impôts de 1,1 à 1,6 milliard de dollars étalée sur les quatre prochains trimestres.

L'ampleur des suppressions de postes a été bien accueillie à Wall Street, où le titre s'adjuge 1,5% à 44,79 dollars vers 17h00 GMT, surperformant nettement le marché.

"C'est près du double de ce à quoi Wall Street s'attendait", a déclaré Daniel Ives, analyste chez FBR Capital Markets. "Nadella fait le ménage en vue du prochain exercice annuel. Il remet un peu d'ordre dans le bazar laissé par Steve Ballmer à son départ."

  Suite...

 
Microsoft va supprimer jusqu'à 18.000 postes, soit environ 14% de ses effectifs, essentiellement pour prendre en compte le rachat de Nokia en avril. /Photo prise le 16 juillet 2014/REUTERS/Markku Ruottinen/Lehtikuva