SAP relève son objectif dans les services informatiques en ligne

jeudi 17 juillet 2014 10h01
 

par Harro Ten Wolde

FRANCFORT (Reuters) - SAP a relevé jeudi sa prévision de chiffre d'affaires annuel pour ses services informatiques en ligne, sa clientèle se reportant plus rapidement que prévu sur les services de type "cloud", mais le groupe allemand a simultanément publié un résultat d'exploitation inférieur au consensus au titre du deuxième trimestre.

Le concepteur de logiciels d'entreprise anticipe dorénavant un chiffres d'affaires tiré des abonnements aux services "cloud" et des services de support situé entre 1,0 et 1,05 milliard d'euros à taux de change constants cette année, alors qu'il projetait auparavant 950 millions à un milliard d'euros.

SAP, en concurrence avec des sociétés telles qu'IBM et Oracle pour répondre à la demande croissante de services localisés sur internet, a précisé que le chiffre d'affaires tiré des activités "cloud" avait augmenté de 32% à 242 millions d'euros au deuxième trimestre, son chiffre d'affaires total ayant lui progressé de 2% à 4,2 milliards d'euros.

Le "cloud computing" permet aux entreprises de réduire leurs coûts en se séparant de leurs propres serveurs au profit de logiciels accessibles en réseau depuis leurs postes de travail, tout en utilisant des centres de données gérés à leur place par des prestataires spécialisées.

L'action SAP gagnait 0,4% en avant-Bourse, surperformant l'indice Dax, attendu en baisse de 0,2%, selon des données du courtier Lang & Schwarz.

Le titre a perdu près de 6% depuis le début de l'année, tandis que l'indice européen des hautes technologie reculait de presque 4% sur la même période.

L'ENJEU DE LA SÉCURITÉ   Suite...

 
SAP relève sa prévision de chiffre d'affaires annuel pour ses services informatiques en ligne, sa clientèle se reportant plus rapidement que prévu sur les services de type "cloud", mais le groupe allemand publie simultanément un résultat d'exploitation inférieur au consensus au titre du deuxième trimestre.  /Photo d'archives/REUTERS/Cathal McNaughton