Software AG chute en Bourse après un avertissement

mardi 15 juillet 2014 10h45
 

FRANCFORT (Reuters) - L'éditeur allemand de logiciels pour entreprises Software AG a vu son cours de Bourse chuter à un plus bas de près de cinq ans mardi après avoir réduit sa prévision de chiffre d'affaires de sa principale division, en raison du retard pris dans certains projets au deuxième trimestre.

A la Bourse de Francfort, le titre chute de 14,79% à 21,03 euros vers 8h20 GMT, à son plus bas niveau depuis novembre 2009.

En pleine transition des éditeurs de logiciels vers des paiements par abonnement plutôt que la vente ponctuelle de logiciels, Software AG peine à convaincre ses clients d'acheter ses produits d'infrastructure.

"Les négociations sur notre modèle de paiement occasionnent des retards sur de gros projets", a reconnu Karl-Heinz Streibrich, le président du directoire du groupe allemand, lors d'une conférence téléphonique.

Software AG, qui compte parmi ses clients le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson et la société allemande de chemins de fer Deutsche Bahn, anticipe désormais une stagnation du chiffre d'affaires de sa division Business Process Excellence en 2014 au lieu d'une prévision précédente d'une croissance comprise entre 12 et 18% à taux de change constants.

Sa marge opérationnelle serait comprise entre 26 et 28%, contre 26,8% un an plus tôt.

"En valeur absolue, cela nous amène à redouter une baisse des résultats", commente Mirko Maier, analyste chez LBBW.

Software AG avait dit attendre une hausse de 2 à 7% de son bénéfice d'exploitation, qui était ressorti à 260,7 millions d'euros l'an dernier, mais il n'a pas confirmé cette prévision mardi.

Les ventes de Business Process Excellence, qui représentent près de la moitié du chiffre d'affaires annuel du groupe, ont baissé de 7% à 85 millions d'euros au deuxième trimestre.   Suite...

 
Karl-Heinz Streibich, le président du directoire de Software AG, ici au salon du CeBIT avec la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique David Cameron. L'éditeur allemand de logiciels pour entreprises a vu son cours de Bourse chuter à un plus bas de près de cinq ans mardi après avoir réduit sa prévision de chiffre d'affaires de sa principale division. /Photo prise le 10 mars 2014/REUTERS/Wolfgang Rattay