27 juin 2014 / 20:29 / dans 3 ans

HP va régler à l'amiable le contentieux sur Autonomy

Hewlett-Packard et les avocats représentant une partie de ses actionnaires ont conclu un accord de règlement amiable du contentieux lié à l'acquisition de la société britannique de logiciels Autonomy pour 11,1 milliards de dollars, selon une source proche des négociations. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

(Reuters) - Hewlett-Packard et les avocats représentant une partie de ses actionnaires ont conclu un accord de règlement amiable du contentieux lié à l‘acquisition de la société britannique de logiciels Autonomy pour 11,1 milliards de dollars, selon une source proche des négociations.

Suivant cet arrangement, qui règle trois procès, les avocats des actionnaires ont accepté de renoncer aux plaintes contre d‘actuels et anciens responsables de HP, dont la directrice générale Meg Whitman, les membres du conseil d‘administration et les conseillers du groupe informatique, a précisé la source.

En revanche, ces mêmes avocats assisteront HP dans une procédure ouverte contre Michael Lynch, co-fondateur et ex-directeur général d‘Autonomy, son ex-directeur financier Sushovan Hussain et peut-être d‘autres personnes liées à Autonomy, a encore dit la source.

On ignore pour l‘instant la nature précise de cette procédure et son calendrier.

Le règlement, qui fait suite à une médiation, devrait être annoncé dès lundi mais il sera sans doute signé avant, a précisé la source.

HP avait inscrit dans ses comptes une charge de dépréciations de 8,8 milliards de dollars en novembre 2012 à la suite de l‘achat d‘Autonomy pour 11,1 milliards de dollars (8,14 milliards d‘euros) un peu plus d‘un an auparavant. Sur le montant de cette charge, 5,5 milliards de dollars tenaient en particulier à des irrégularités comptables, avait dit HP à l‘époque.

L‘ampleur des pertes subies et la rapidité avec laquelle le groupe a dû les reconnaître font du rachat d‘Autonomy l‘une des opérations les plus désastreuses conclues par une grande entreprise ces dernières années.

Des actionnaires de HP avaient porté plainte contre les membres du conseil d‘administration et des cadres dirigeants, les accusant d‘avoir manqué à leurs obligations et d‘avoir gaspillé les actifs de l‘entreprise.

Les accusations portées par HP contre les ex-dirigeants d‘Autonomy ont parallèlement poussé la Securities and Exchange Commission (SEC), le FBI et le Serious Fraud Office britannique à s‘intéresser au dossier. Le FBI et la SEC se sont refusés à tout commentaire vendredi; Le SFO britannique a dit que son enquête progressait.

Des sources au fait d‘une enquête menée par HP disent que le groupe informatique pense que les résultats et les perspectives d‘Autonomy ont été maquillés pour paraître meilleurs qu‘ils ne sont.

Michael Lynch n‘a cessé de démentir les affirmations de HP, affirmant que ce dernier n‘avait qu‘à s‘en prendre à lui-même pour n‘avoir pas su gérer Autonomy après son acquisition.

Sushovan Hussain et son avocat n‘ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Nadia Damouni, Paul Sandle et Casey Sullivan, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below