Vincent Bolloré livre quelques pistes sur le nouveau Vivendi

mardi 24 juin 2014 14h41
 

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Le président du conseil de surveillance Vivendi Vincent Bolloré a levé, mardi, une petite partie du voile sur ses intentions pour le conglomérat qu'il ambitionne de transformer en un groupe industriel intégré dans les médias.

Vincent Bolloré, jusqu'alors vice-président de Vivendi dont il est le principal actionnaire avec environ 5% du capital, a été nommé président du conseil de surveillance à l'issue d'une réunion de son conseil dont les membres viennent d'être renouvelés lors d'une assemblée générale.

"La stratégie a été fixée clairement", a déclaré Vincent Bolloré lors de sa première prise de parole devant les actionnaires de Vivendi.

"Il s'agit de transformer cette société qui était une holding financière en un groupe industriel intégré dans les contenus".

Pour écrire cette nouvelle page de son histoire, Vivendi pourra compter sur une situation financière assainie, a-t-il expliqué, mais le défi n'en reste pas moins ambitieux face à des concurrents étrangers plus puissants "à l'affût".

Vincent Bolloré a livré peu de détails concrets sur la manière dont il entendait mener cette stratégie, notamment sur le front des acquisitions.

Mais il a dit sa conviction que les derniers résultats en demi-teinte de la société masquaient le potentiel réel de ses trois divisions - la maison de disque Universal Music Group, le groupe de télévision Canal+ et le "Free brésilien" GVT - si elles parvenaient à unir leurs forces, ce que Vivendi n'a jamais réussi à faire jusque-là.

"Il y a une valeur cachée, c'est toutes les convergences, toutes les synergies qui peuvent être dégagées entre ces valeurs", a souligné Vincent Bolloré.   Suite...

 
Lors d'une assemblée générale, le président du conseil de surveillance de Vivendi, Vincent Bolloré - dont c'était la première prise de parole en public- , a levé, mardi, une partie du voile sur ses intentions pour le conglomérat. Le nouveau dirigeant ambitionne de transformer le géant français en un groupe industriel intégré dans les médias. /Photo prise le 24 juin 2014/REUTERS/Benoît Tessier