L'UE devrait autoriser l'offre de Telefonica sur E-Plus

lundi 16 juin 2014 18h42
 

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne donnera son aval à l'offre de 8,6 milliards d'euros de Telefonica sur E-Plus, filiale allemande de KPN, l'opérateur espagnol s'étant engagé à céder 20% du réseau combiné à des opérateurs virtuels, ont déclaré lundi deux sources proches du dossier.

"La Commission européenne autorisera l'opération", a dit l'une des sources.

Telefonica, premier opérateur européen par le chiffre d'affaires, cédera au moins 20% des capacités du nouvel ensemble à des opérateurs plus modestes adossés aux infrastructures des leaders du secteur, selon ces sources.

L'objectif est de créer jusqu'à trois opérateurs virtuels (MVNO, mobile virtual network operators) pour se substituer à E-Plus, les régulateurs européens estimant que la fusion aurait pour conséquence une moindre concurrence sur le principal marché européen.

Le porte-parole du commissaire européen en charge de la Concurrence n'a pas souhaité commenter ces informations. Un porte-parole de Telefonica Deutschland, la filiale de Telefonica qui acquiert E-Plus, a seulement déclaré: "La Commission se prononcera sur la fusion d'ici au 10 juillet au plus tard."

Si elles sont avérées, ces concessions seraient largement similaires à celles proposées par Hutchison Whampoa pour faire valider son projet de rachat de la filiale irlandaise de Telefonica, O2 Ireland. La CE a donné son feu vert le mois dernier.

L'approbation de ces opérations pourrait aboutir à une nouvelle vague de consolidation dans le secteur, confronté à un recul de son chiffre d'affaires et à la nécessité de moderniser les réseaux.

(Foo Yun Chee, Wilfrid Exbrayat et Mathilde Gardin pour le service français, édité par Marc Angrand)

 
La Commission européenne donnera son aval à l'offre de 8,6 milliards d'euros de Telefonica sur E-Plus, filiale allemande de KPN, l'opérateur espagnol s'étant engagé à céder 20% du réseau combiné à des opérateurs virtuels, selon deux sources proches du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Wolfgang Rattay