Bouygues coupe dans les emplois pour tenter de survivre en solo

mercredi 11 juin 2014 18h38
 

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Bouygues Telecom prévoit de supprimer plus de 1.500 postes dans le cadre d'un nouveau plan de restructuration afin de lui permettre de subsister en solo dans un marché français des télécoms éprouvé par deux années de guerre des prix.

Réduire la voilure, simplifier le maquis des offres mobiles et enfoncer le clou dans l'offensive sur le fixe : telle est la feuille de route tracée par le PDG de l'entreprise, Olivier Roussat, pour assurer l'avenir du numéro trois français du mobile dans un marché à quatre acteurs dont la consolidation se fait attendre.

Esseulée après l'échec de sa tentative de rachat de SFR, la filiale de Bouygues s'est retrouvée ces deux derniers mois au centre de discussions portant sur son possible rachat par les opérateurs concurrents Iliad et Orange mais elles n'ont pas été fructueuses, selon le dirigeant.

"Manifestement, elles (les discussions) n'ont pas abouti", a expliqué Olivier Roussat à des journalistes.

"Notre projet c'est de faire un Bouygues Telecom qui vit durablement à quatre. Au présent, c'est le projet de Bouygues Telecom, je n'en ai pas d'autre".

Deux personnes au fait de la situation ont expliqué que les discussions avaient achoppé sur le prix, sans exclure cependant qu'elles puissent reprendre par la suite.

Selon ces deux sources, le PDG de Bouygues, Martin Bouygues, demandait une valorisation de huit milliards d'euros pour sa filiale, soit neuf fois son résultat opérationnel 2013, comme point de départ des discussions avec Iliad comme avec Orange.

Iliad était prêt à débourser entre quatre et cinq milliards d'euros. Le montant envisagé par Orange n'a pas pu être déterminé.   Suite...

 
Bouygues Telecom va  supprimer 1.516 emplois dans le cadre d'un nouveau plan de restructuration qui doit lui permettre de subsister en solo dans un marché français des télécoms éprouvé par deux années de guerre des prix. /Photo prise le 16 mai 2014/REUTERS/Charles Platiau