Face à Paris et Berlin, Bruxelles défend ses avancées avec Google

mercredi 21 mai 2014 16h56
 

PARIS (Reuters) - Le commissaire européen à la Concurrence se refuse à prolonger l'enquête sur Google, comme l'en pressent la France et l'Allemagne, et estime que les concessions obtenues du géant américain de l'internet sont sans précédent face aux accusations de concurrence déloyale le visant.

Les ministres français et allemand de l'Economie, Arnaud Montebourg et Sigmar Gabriel, ont adressé récemment à Joaquin Almunia une lettre commune dans laquelle ils demandent que l'enquête ouverte en novembre 2010 sur Google pour abus de position dominante se poursuive.

Le vice-président de la Commission européenne entend clore après l'été cette procédure lancée à la suite de plaintes de dizaines d'entreprises européennes.

Les ministres souhaitent en outre que le moteur de recherche, qui propose d'aménager ses pages pour mieux mettre en avant les liens vers ses concurrents, améliore son offre. Les dernières propositions de Google, qui est sous la menace d'une amende pouvant atteindre cinq milliards de dollars (3,64 milliards d'euros), remontent à février.

Dans sa réponse envoyée mardi, et dont Le Monde publie mercredi des extraits, Joaquin Almunia estime "plus approprié de mener toute nouvelle enquête dans le cadre d'une nouvelle procédure plutôt que de risquer de retarder la solution des problèmes en cours par l'élargissement de la procédure".

"Les propositions mises sur la table (par Google) pourraient résoudre les quatre problèmes de concurrence identifiés", explique-t-il.

Google a notamment proposé d'afficher sur ses pages trois liens vers des services rivaux.

"La Commission serait la première autorité de concurrence à imposer une forme de régulation quant à la manière dont Google présente ses résultats de recherche", souligne Joaquin Almunia.

Le vice-président de la Commission européenne défend une approche "apportant une solution efficace dans les délais plus courts possibles au regard de nos procédures" qui permettrait ainsi de freiner l'expansion et les profits de Google.   Suite...

 
Le commissaire européen à la Concurrence se refuse à prolonger l'enquête sur Google, comme l'en pressent la France et l'Allemagne, estimant que les concessions obtenues du géant américain de l'internet sont sans précédent face aux accusations de concurrence déloyale qui le visent. /Photo d'archives/REUTERS/Cathal McNaughton