7 mai 2014 / 09:43 / dans 3 ans

Alibaba s'annonce d'emblée comme un nouveau géant de Wall Street

LES PRINCIPALES INTRODUCTIONS BOURSIÈRES DANS LE MONDE

SAN FRANCISCO (Reuters) - En publiant le tout premier document réglementaire sur ses intentions, ses activités et ses performances, le groupe chinois de commerce électronique Alibaba a donné le coup d‘envoi de ce qui pourrait être la plus grosse introduction en Bourse jamais réalisée dans le secteur des nouvelles technologies.

Alibaba Group, qui réalise à lui seul 80% de la totalité du commerce électronique réalisé en Chine, pourrait en effet lever à cette occasion plus de 15 milliards de dollars (10,8 milliards d‘euros) et même dépasser les 16 milliards levés par Facebook en 2012.

La majeure partie de ce montant finira dans les caisses de Yahoo, qui a acheté 40% du capital d‘Alibaba en 2005 pour un milliard de dollars et vendra un tiers de sa participation actuelle de 22,6% à l‘occasion de l‘offre publique de vente (IPO).

Mais Alibaba prévoit aussi d‘émettre des actions nouvelles selon des sources proches du projet, afin de renflouer un trésor de guerre largement sollicité ces derniers mois pour financer une série d‘acquisitions.

Si la marque Alibaba est peu connue en dehors d‘Asie, la perspective de son arrivée sur le marché boursier américain allèche à la fois Wall Street et la Silicon Valley. La société deviendra en effet la plus importante entreprise chinoise cotée aux Etats-Unis.

L‘estimation de sa valeur boursière s‘est envolée ces derniers mois, au point que certains évoquent déjà une capitalisation supérieure à 200 milliards de dollars, trois fois supérieure à celle d‘eBay.

231 MILLIONS D‘UTILISATEURS

Alibaba a réalisé l‘an dernier plus de 1.500 milliards de yuans (173 milliards d‘euros) de transactions pour 231 millions d‘utilisateurs actifs sur ses principaux sites de commerce en Chine, soit plus qu‘eBay et Amazon conjugués. Le tout avec 20.884 salariés à plein temps, soit moins qu‘eBay seul.

“S‘il est capable de transposer ce modèle hors de Chine, il a le potentiel pour devenir une véritable puissance mondiale du commerce électronique”, estime Roger Entner, analyste et fondateur de Recon Analytics.

“Tout le monde pensait qu‘Amazon pouvait le faire mais aujourd‘hui, il faut reconsidérer qu‘Amazon comme la plus grande réussite dans ce domaine aux Etats-Unis, mais pas dans le monde entier.”

Alibaba n‘a pas encore dévoilé ses intentions sur le marché américain du “e-commerce” et les analystes jugent peu probable qu‘il cherche à répliquer le modèle d‘Amazon, qui vend directement aux consommateurs en utilisant un réseau de plus en plus dense d‘entrepôts géants.

Fondé il y a 15 ans dans un petit studio de Hangzhou, dans le sud-est de la Chine, Alibaba se targue de vouloir bâtir une entreprise pour “au moins 102 ans”.

Le groupe s‘est diversifié au fil des ans dans une série d‘activités allant de la messagerie instantanée au stockage en ligne mais plus de 80% de son chiffre d‘affaires provient encore de ses trois plates-formes d‘enchères, Taobao, Tmall et Juhuasuan.

Les principaux produits vendus sur Taobao sont des téléphones prépayés, des jeux de cartes, des tickets de loterie ou encore des meubles et des articles de puériculture, précise-t-il.

LE FONDATEUR, JACK MA, DÉJÀ MULTI-MILLIARDAIRE

Son chiffre d‘affaires total a atteint 18,75 milliards de yuans sur les trois derniers mois de 2013, une progression de 62% sur un an, et son bénéfice net a plus que doublé à 8,27 milliards, selon les chiffres dévoilés mardi soir.

Certains observateurs estiment toutefois que cette croissance effrénée ne pourra durer.

“Quand ils se sont lancés dans le e-commerce, il n‘y avait personne d‘autre en Chine”, explique Kelland Willis, du cabinet d‘études Forrester, en soulignant qu‘Alibaba perd aujourd‘hui des parts de marché “année après année”.

Selon une récente étude de McKinsey, d‘ici 2020, les ventes en ligne en Chine devraient atteindre 420 à 650 milliards de dollars, soit autant que les marchés américain, japonais, britannique, allemand et français combinés.

Pour se développer - notamment dans le mobile, le prochain champ de bataille face à son rival numéro un, Tencent - Alibaba a accéléré ses acquisitions depuis le début de l‘année, investissant plus de 3,5 milliards de dollars au total dans diverses sociétés, du producteur de cinéma ChinaVision Media à la société de géolocalisation Autonavi en passant par Youku Udou, un rival de YouTube.

Le groupe a aussi créé un site aux Etats-Unis, 11 Main, pas encore actif, et pris des participations dans plusieurs acteurs américains du secteur.

Malgré ces ambitions, Alibaba ne dissimule pas les risques auxquels il est exposé, comme celui de possibles restrictions imposées par Pékin à Alipay, son service de paiement en ligne, comparable à PayPal et qui est utilisé dans la majeure partie de ses transactions.

Le principal fondateur du groupe, Jack Ma, un ancien professeur d‘anglais, détient aujourd‘hui 8,9% du capital, et le vice-président exécutif Joseph Tsai est l‘unique autre grand actionnaire individuel, avec 3,6% des parts. Yahoo et SoftBank possèdent respectivement 22,6% et 34,4% du capital.

Sur la base des estimations les plus récentes, qui vont jusqu‘à 50 dollars par action, la participation de Jack Ma pourrait donc être valorisée 10,3 milliards de dollars. L‘homme est classé au 160e rang du dernier classement des plus grosses fortunes mondiales établi par le magazine Forbes.

Marc Angrand pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below