Apple satisfait Wall Street mais l'innovation se fait attendre

jeudi 24 avril 2014 11h55
 

par Edwin Chan

SAN FRANCISCO (Reuters) - En annonçant mercredi soir avoir vendu au premier trimestre un nombre d'iPhone supérieur aux estimations les plus optimistes, Apple a gagné du temps sans pour autant répondre à la principale question que se pose Wall Street: le groupe va-t-il ou même peut-il encore lancer un nouveau produit phare?

La litanie de bons résultats égrenée mercredi soir, saluée par une hausse de 8% de l'action dans les transactions hors séance, s'est accompagnée d'un nouveau plan de rachats d'actions de 30 milliards de dollars (21,7 milliards d'euros) et d'un relèvement du dividende.

Le groupe à la pomme a aussi décidé de diviser par sept le nominal de son action, ce qui devrait faire tomber le cours de celle-ci de plus de 500 dollars à environ 75, un prix plus abordable pour de petits investisseurs et qui la rendrait éligible à une entrée dans l'indice Dow Jones.

Mais tout cela peine à masquer les inquiétudes de fond qui ont freiné la progression du cours d'Apple depuis un an environ.

"La plupart des gens vont commenter la division du nominal, l'augmentation du dividende et celle des rachats d'actions. Mais la vraie question pour la société et pour la valeur, c'est la nature et le calendrier de la nouvelle catégorie" de produits du groupe, estime Daniel Ernst, analyste d'Hudson Square.

"Ces dernières années, être actionnaire d'Apple a requis de la patience. Une qualité dont les investisseurs avaient pu se passer au cours des dix années précédentes."

Personne ne peut nier qu'Apple a vécu une décennie extraordinaire, avec l'iPod en 2001, l'iPhone en 2007 et l'iPad en 2010. Mais aujourd'hui, alors que Google investit des milliards dans des technologies allant de la robotique à l'intelligence artificielle et que Samsung Electronics et d'autres grignotent les parts de marché d'Apple, certains s'impatientent face à l'absence de renouvellement de sa gamme.

  Suite...

 
En annonçant mercredi soir avoir vendu au premier trimestre un nombre d'iPhone supérieur aux estimations les plus optimistes, Apple a gagné du temps sans pour autant répondre à la principale question que se pose Wall Street: le groupe va-t-il ou même peut-il encore lancer un nouveau produit phare? /Photo prise le 23 avril 2014/REUTERS/Robert Galbraith