Weibo en forte hausse pour ses débuts sur le Nasdaq

jeudi 17 avril 2014 23h01
 

par Tanya Agrawal

(Reuters) - Weibo Corporation, propriétaire d'un service de micro-blogging en Chine semblable à Twitter , a gagné 19% pour son premier jour de cotation sur le Nasdaq jeudi, redonnant un peu de lustre aux valeurs technologiques à Wall Street.

Les débuts de Weibo à New York sont suivis de près avant l'introduction en Bourse très attendue d'Alibaba Group Holding, le géant chinois du commerce en ligne.

Alibaba, qui est actionnaire de Weibo, est susceptible de lancer dès la semaine prochaine son offre publique de vente (IPO) qui pourrait atteindre les 15 milliards de dollars (10,8 milliards d'euros) - ce qui en ferait la plus importante IPO d'une société de l'internet depuis celle de 16 milliards de dollars de Facebook en 2012.

Weibo a mis a prix son action au bas de la fourchette indicative de 17-19 dollars et a réduit de 16% le nombre de certificats de dépôts (American Depositary Shares, ADS) proposés aux investisseurs, à 16,8 millions au lieu des 20 millions initialement prévus.

Cette prudence a payé puisque le titre a fini sa première séance de cotation à 20,24 dollars (+19,06%), après une pointe à 24,48 dollars qui valorisait le "Twitter chinois" à quelque 4,7 milliards de dollars.

L'envolée de l'action a surpris certains investisseurs qui prévoyaient au contraire des débuts difficiles compte tenu des risques de censure en Chine et de la concurrence, sans parler de la récente correction subie par les valeurs technologiques en Bourse.

A 24 dollars, son plus haut du jour, l'action Weibo se paie 26 fois le chiffre d'affaires 2013, soit plus que Facebook qui affiche un multiple de 19, mais moins que Twitter qui en est à 40.

  Suite...

 
Weibo Corporation, propriétaire d'un service de micro-blogging en Chine semblable à Twitter, gagne 25% pour son premier jour de cotation sur le Nasdaq jeudi, redonnant un peu de lustre aux valeurs chinoises et au compartiment technologique à Wall Street. /Photo prise le 17 avril 2014/REUTERS/Andrew Kelly