Le projet Numericable-SFR considéré du ressort de la France

jeudi 10 avril 2014 12h49
 

ATHENES (Reuters) - L'examen du projet de rachat de SFR à Vivendi par Numericable est du ressort des autorités françaises plutôt que de la Commission européenne, a déclaré jeudi Joaquin Almunia, le commissaire à la Concurrence.

Vivendi a retenu samedi l'offre de rachat du câblo-opérateur Numericable pour la vente de sa filiale de télécoms, que convoitait aussi Bouygues.

Le rapprochement Numericable-SFR devrait donner naissance à un puissant numéro deux de la téléphonie mobile en France, sans pour autant réduire le nombre des acteurs de ce marché.

Certains observateurs estimaient que la Commission européenne, qui étudie déjà le projet de rachat de l'opérateur mobile allemand E-Plus par l'espagnol Telefonica et l'offre d'Hutchison Whampoa sur O2 Ireland en Irlande, pourrait chercher à récupérer le dossier SFR dans le but d'établir une démarche coordonnée en matière de fusion dans le secteur des télécoms en Europe.

Mais Joaquin Almunia a laissé entendre jeudi qu'il n'était pas de cet avis.

"De prime abord, l'opération relève des autorités françaises", a-t-il dit à des journalistes en marge d'une conférence organisé par l'Autorité grecque de la concurrence à Athènes.

(Foo Yun Chee, Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

 
L'examen du projet de rachat de SFR à Vivendi par Numericable est du ressort des autorités françaises plutôt que de la Commission européenne, a déclaré jeudi Joaquin Almunia, le commissaire à la Concurrence. Vivendi a retenu l'offre de rachat du câblo-opérateur Numericable pour la vente de sa filiale de télécoms, que convoitait aussi Bouygues. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau