L'union SFR-Numericable négative pour le secteur, dit Moody's

mardi 8 avril 2014 19h06
 

PARIS (Reuters) - Le mariage programmé entre SFR et Numericable va accroître les pressions sur un marché français des télécoms déjà soumis à une forte compétition, estime Moody's selon qui les opérateurs concurrents risquent d'être pénalisés.

Dans un document publié mardi, l'agence de notation, qui prédit une nouvelle baisse des revenus du secteur cette année, juge nécessaire une diminution du nombre d'opérateurs afin d'atténuer ces pressions.

Le conseil de Vivendi a retenu l'offre de Numericable pour la cession de sa filiale télécoms, dont le rapprochement avec le câblo-opérateur devrait donner naissance à un puissant numéro deux français dans la téléphonie fixe derrière l'opérateur historique Orange.

"Cette nouvelle est négative pour la notation financière du secteur des télécoms dans son ensemble car nous pensons que la concurrence va s'intensifier", explique l'agence de notation.

"Loin de rationaliser les capacités, cet accord représente en réalité une menace plus grande pour les acteurs existants Orange, Bouygues et Iliad-Free. Il crée une entité plus grande, avec une présence renforcée et un meilleur réseau intégré doté d'importantes capacités dans le haut débit lorsque le projet sera pleinement mis en oeuvre d'ici trois ans".

Le rapprochement SFR-Numericable maintient par ailleurs le statu quo sur le marché du mobile qui a vu ses revenus et ses marges décliner depuis deux ans avec la guerre des prix déclenchée par l'arrivée de Free en janvier 2012.

L'agence de notation pronostique une nouvelle baisse des revenus des opérateurs en 2014, avec la poursuite de la migration de leurs abonnés vers des tarifs revus à la baisse mais elle ne s'attend pas à une nouvelle guerre des prix, les tarifs en France étant déjà parmi les plus bas d'Europe.

Orange va affronter un concurrent renforcé dans le fixe tandis que Bouygues "va devoir faire face à deux concurrents de poids, Orange et Numericable-SFR, puissants dans le fixe comme dans le mobile, ainsi qu'à un quatrième entrant très agressif en prix", note Moody's pour qui une stabilisation du secteur passe par un rapprochement entre opérateurs.

Bouygues, qui convoitait SFR, a repris des couleurs en Bourse mardi, après avoir perdu plus de 6% lundi, gagnant 1,34% à 29,39 euros en clôture, sur fond de spéculations sur l'avenir de sa filiale télécoms Bouygues Telecom.   Suite...

 
Le mariage programmé entre SFR et Numericable va accroître les pressions sur un marché français des télécoms déjà soumis à une forte compétition, estime Moody's selon qui les opérateurs concurrents risquent d'être pénalisés. L'agence de notation, qui prédit une nouvelle baisse des revenus du secteur cette année, juge nécessaire une diminution du nombre d'opérateurs afin d'atténuer ces pressions. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau