Bouygues abat une dernière carte pour mettre la main sur SFR

vendredi 4 avril 2014 16h45
 

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Bouygues a avancé vendredi une nouvelle offre pour l'opérateur SFR dans l'espoir de revenir dans le jeu juste avant un conseil de surveillance décisif de Vivendi qui doit trancher le sort de sa filiale.

Avant ce rebondissement, le prétendant rival Numericable, en négociations exclusives avec Vivendi depuis trois semaines, tenait la corde pour remporter la bataille pour le numéro deux du mobile, selon deux sources proches du dossier.

Les treize membres votants du conseil de Vivendi, qui sont réunis depuis le milieu d'après-midi, doivent décider si le groupe scelle un accord définitif avec le câblo-opérateur français dans une transaction de quelque 15 milliards d'euros.

Il s'agit de la quatrième proposition de Bouygues qui a surenchéri à deux reprises depuis l'entrée en négociations exclusives de Vivendi avec Numericable le 14 mars.

Reste à savoir si ce coup de théâtre de dernière minute sera susceptible de changer la donne au sein du conseil.

"Cette dernière offre de Bouygues ne change rien. Elle n'est même pas une amélioration de l'offre précédente quant au regard de la valorisation globale de SFR", a réagi un porte-parole d'Altice, la société mère de Numericable.

"Cette dernière manoeuvre ne fait que signaler l'hostilité dans laquelle Bouygues s'est enfermé", a-t-il ajouté.

Pour Claudio Aspesi, analyste à Bernstein Research, les deux offres en lice restent au final peu éloignées en termes de valorisation totale.   Suite...

 
Bouygues a annoncé vendredi qu'il relevait sensiblement son offre sur l'opérateur SFR, à quelques heures d'un conseil de surveillance décisif de Vivendi qui doit trancher le sort de sa filiale aussi convoitée par Numericable. Le groupe de BTP et de communication augmente de 1,85 milliard d'euros le volet en numéraire de sa proposition, qui atteint désormais 15 milliards d'euros contre 13,15 milliards précédemment. /Photo prise le 7 mars 2014/REUTERS/Charles Platiau