Vivendi préfère l'offre de Numericable sur SFR, dit Montebourg

vendredi 14 mars 2014 09h35
 

PARIS (Reuters) - Arnaud Montebourg a estimé vendredi que les dirigeants de Vivendi souhaitaient céder SFR, la filiale de télécoms du conglomérat français, au câblo-opérateur Numericable plutôt qu'au groupe Bouygues.

Toutefois, pour le ministre du Redressement productif, une vente de SFR à Numericable, détenue par l'homme d'affaires Patrick Drahi, poserait des problèmes de concurrence sur le marché du câble, ainsi que des problèmes fiscaux.

"J'ai cru comprendre que les dirigeants de Vivendi ont décidé coûte que coûte de vendre SFR à Numericable", a déclaré le ministre sur la radio Europe 1.

"Il y a un problème fiscal puisque Numericable a une holding à Luxembourg, son entreprise (de Patrick Drahi, ndlr) est cotée à la Bourse d'Amsterdam et sa participation personnelle est à Guernesey et que lui-même réside en Suisse", a ajouté Arnaud Montebourg qui n'a jamais caché sa préférence pour l'offre concurrente de Bouygues.

Vivendi réunit ce vendredi un conseil de surveillance décisif pour examiner les deux offres déposées pour le rachat de sa filiale de téléphonie fixe et mobile SFR, une transaction qui pourrait chambouler le paysage du troisième plus gros marché des télécoms en Europe.

"‎Le Conseil se réunit aujourd’hui et décidera", a déclaré un porte-parole de Vivendi, interrogé à la suite des déclarations d'Arnaud Montebourg, qui ont dopé le cours de Numericable à l'ouverture de la Bourse de Paris.

Vers 9h20, le titre Numericable gagnait en effet 4,5% tandis que les titres Bouygues et Iliad cédaient respectivement 2% et 3%.

Dans la bataille qu'ils se livrent pour mettre la main sur le numéro deux français de la téléphonie mobile, le groupe de BTP et de communication Bouygues et le câblo-opérateur Numericable ont chacun relevé au dernier moment leur offre.

Il appartient désormais au conseil de surveillance de Vivendi d'imaginer quelle recomposition sera la plus favorable en misant dans un cas sur la convergence entre le mobile et le fixe, une tendance de fond en Europe, ou, dans l'autre, sur un paysage réduit à trois acteurs dans le mobile mais avec le risque d'engendrer un "Super Free".   Suite...

 
Les dirigeants de Vivendi, qui réunit vendredi un conseil de surveillance sur l'avenir de sa filiale SFR, préfèrent l'offre de rachat déposée par Numericable, au détriment de Bouygues, a déclaré vendredi Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif. La transaction pourrait chambouler le paysage du troisième plus gros marché des télécoms en Europe. /Photo prise le 7 mars 2014/REUTERS/Charles Platiau