Duel entre milliardaires pour SFR

mercredi 5 mars 2014 23h19
 

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Un duel oppose désormais deux milliardaires pour prendre le contrôle de l'opérateur SFR tandis qu'un troisième reste en embuscade. Une quatrième grande fortune française pourrait jouer les juges de paix.

Vivendi a annoncé mercredi soir avoir reçu deux offres pour sa filiale, numéro deux de la téléphonie mobile en France.

La première émane de Numericable sous la houlette de l'entrepreneur Patrick Drahi, qui pointe au 215e rang du classement Forbes des plus grandes fortunes et la seconde est portée par Bouygues dont le dirigeant Martin Bouygues se classe avec son frère Olivier à la 408e place.

Le fondateur d'Iliad, Xavier Niel (162e place), pourrait cependant jouer les trouble-fête en prenant le train en marche avec une contre-offre ou attendre son heure pour racheter Bouygues si ce dernier échoue à prendre le contrôle de SFR.

L'issue de ce duel est pour partie entre les mains d'un autre milliardaire, l'homme d'affaires Vincent Bolloré, vice-président du conseil de surveillance de Vivendi dont il est le deuxième plus grand actionnaire, et 183e fortune mondiale.

Resté silencieux depuis que la valse des prétendants s'est mise en marche autour de SFR, l'entrepreneur breton ne manquera pas de peser dans les délibérations du conseil de Vivendi pour décider de la meilleure option à suivre entre le projet initial d'introduction en Bourse de SFR ou une cession.

Pour réussir à mettre la main sur la marque au carré rouge qui compte 21 millions de clients mobiles, Martin Bouygues et Patrick Drahi ont multiplié les gages de bonne volonté.

Car, en plus de convaincre les actionnaires de Vivendi, les candidats devront également réussir avec succès l'examen de passage devant l'Autorité de la concurrence, seule habilitée à déterminer la validité d'une éventuelle opération, tout en répondant aux préoccupations des pouvoirs publics.   Suite...

 
Boutique Bouygues Telecom à Nice. Vivendi a reçu deux offres pour sa filiale SFR, numéro deux de la téléphonie mobile en France. La première émane de Numericable et la seconde est portée par Bouygues. Iliad pourrait cependant jouer les trouble-fête en prenant le train en marche avec une contre-offre ou attendre son heure pour racheter Bouygues si ce dernier échoue à prendre le contrôle de SFR. /Photo prise le 5 mars 2015/REUTERS/Eric Gaillard