Arnaud Montebourg insite sur l'emploi dans le dossier SFR

mardi 4 mars 2014 13h48
 

PARIS (Reuters) - L'Etat sera particulièrement vigilant sur les questions liées à l'emploi et à l'investissement dans le cadre du projet de cession de SFR par le groupe Vivendi, a déclaré mardi Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif.

Vivendi a demandé aux candidats intéressés par sa filiale mobile de lui soumettre des offres préliminaires d'ici mercredi 5 mars à 20h00, selon des sources interrogées par Reuters.

Le groupe de divertissement et de télécoms s'attend à recevoir deux offres, l'une en provenance de la filiale de Bouygues et l'autre d'Altice, maison mère du câblo-opérateur Numericable, qui a officialisé son intérêt dès la semaine dernière.

"Le gouvernement va s'adresser à l'ensemble des protagonistes pour fixer le cadre, les exigences, les points de vigilance sur lesquels il souhaite que la transaction, si elle a lieu, se fasse", a déclaré Arnaud Montebourg à des journalistes, en marge de la présentation du fonds Robolution Capital.

Prié de dire sur quels aspects il serait particulièrement vigilant, le ministre a répondu : "Nous avons des positions de principe sur l'emploi et l'investissement".

Concernant l'investissement,‎ il a rappelé que l'Etat avait pour ambition de raccorder l'ensemble du territoire au très haut débit‎, ajoutant que le gouvernement souhaitait que ce soit les opérateurs qui financent ce déploiement et non les impôts.

Patrick Drahi, le président d'Altice a assuré mardi dans le Figaro qu'il maintiendrait l'emploi et investirait massivement s'il parvenait à racheter SFR. 

(Gwénaëlle Barzic, édité par Jean-Michel Bélot)

 
Selon Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, l'Etat sera particulièrement vigilant sur les questions liées à l'emploi et à l'investissement dans le cadre du projet de cession de SFR par le groupe Vivendi. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau