Loewe contraint de chercher de nouveaux investisseurs

mercredi 26 février 2014 09h48
 

FRANCFORT (Reuters), 24 février - Le fabricant allemand de téléviseurs haut de gamme Loewe, actuellement en dépôt de bilan, a annoncé lundi qu'il s'était mis en quête de nouveaux investisseurs susceptibles d'assurer la pérennité de l'entreprise après qu'un accord conclu il y a plus d'un mois a tourné court.

La société, fondée en 1923 par les frères Siegmund et David Ludwig Loewe, avait dit le 17 janvier que certains de ses actifs seraient repris par un groupe d'investisseurs comprenant des anciens responsables d'Apple et de Bang & Olufsen.

Loewe a toutefois déclaré ce lundi que ce groupe lui avait signifié son intention de se retirer de ce projet.

L'entreprise a estimé qu'il n'y avait aucun fondement juridique justifiant ce retrait, ajoutant qu'elle envisageait un recours juridique contre le groupe d'investisseurs.

Loewe a également dit avoir entamé des pourparlers avec un autre investisseur, ajoutant que ce dernier avait déjà mis sur la table une offre intéressante lors de sa précédente quête d'un partenaire.

"Si nous pouvons aboutir rapidement à un accord, nous serons peut-être en mesure d'assurer l'avenir de Loewe", déclare Rolf Rickmeyer, directeur financier de l'entreprise, cité dans un communiqué.

Loewe s'était mis en juillet à l'abri de ses créanciers pour engager une restructuration accélérée puis avait demandé en octobre l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire, le temps de faciliter l'entrée à son capital de nouveaux investisseurs.

Les consommateurs en Europe, où Loewe réalise 97% de son chiffre d'affaires, sont de plus en plus réticents à payer entre 1.000 et 5.000 euros pour un téléviseur à écran plat quand les géants sud-coréens que sont Samsung Electronics et LG Electronics proposent des modèles nettement moins chers.

  Suite...

 
Le fabricant allemand de téléviseurs haut de gamme Loewe, actuellement en dépôt de bilan, s'est mis en quête de nouveaux investisseurs susceptibles d'assurer la pérennité de l'entreprise après qu'un accord conclu il y a plus d'un mois a tourné court. /Photo d'archives/REUTERS/Tobias Schwarz